Pour booster sa croissance, le Gabon fait le choix du numérique, et ça marche

Article publié le 9 novembre 2015
Publié par la communauté
Article publié le 9 novembre 2015

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

La 44e édition de l’ITU Telecom World a fermé ses portes vendredi 16 octobre, après quatre jours d'intenses discussions autour du développement numérique dans la capitale hongroise, Budapest. Les hauts responsables des secteurs public et privé, chefs d’Etat et de gouvernement, ministres, PDG du secteur, investisseurs, entrepreneurs, start-up, universitaires et consultants se sont donnés rendez-vous pour façonner le monde de demain - un monde connecté et axé autour des TIC (technologies de l’information et de la communication). Pastor Ngoua N’neme, le ministre de l’Economie numérique et de la Poste a présenté les innovations du Gabon, un pays qui, sous l’impulsion de personnalités comme Collins Nguimabou ou Maixent Accrombessi, a fait du développement numérique une priorité dans son émergence économique. Une stratégie payante. 

Le Gabon, bon élève du Forum ITU

Le Forum ITU Telecom World 2015 a eu lieu cette année à Budapest en Hongrie. Basée à Genève, l’Union internationale des télécommunications (UTI) est l’agence des Nations unies pour le développement spécialisé dans les technologies de l’information et de la communication. Cette 44ème version du rassemblement a été l’occasion de découvrir plus de 230 exposants, sponsors et partenaires d’une bonne quarantaine de pays, tandis que le Forum et le Sommet des hautes personnalités a réuni 200 orateurs, dans le cadre de 44 panels de discussion, d’ateliers et de sessions sponsorisées. Plus de 250 dirigeants – représentant à égalité le secteur public et le secteur privé – de 88 pays ont pris part aux débats, articulés autour du thème : « Accélérer l'innovation pour l'impact social. » Les travaux de ce rassemblement ont ainsi mis l'accent sur le soutien aux start-up en vue d'accélérer l'innovation.

Ce rendez-vous mondial a été l'occasion pour le Gabon d'exposer ses ambitions à travers le plan stratégique Gabon numérique. Le ministre de l’Economie numérique et de la Poste, Pastor Ngoua N’neme, était entouré d’une forte délégation, afin de multiplier les échanges et contacts dans le but de booster l’innovation et le développement à travers les TIC. Le pavillon du Gabon a mis en valeur les grands projets structurants et innovants initiés par les secteurs public et privé, mais également les nombreuses opportunités d'investissement qu'offre le pays dans ce domaine. Renforcement du cadre règlementaire, développement du haut débit à travers un réseau national de fibre optique, développement des contenus grâce au soutien à l’entreprenariat et à l’innovation avec la création d'un incubateur numérique, autant de points que la Gabon considère comme des priorités. 

Vecteur d’emplois

Pour le ministre, "les TIC sont devenues un levier important de croissance économique", et les opportunités d’investissement sont importantes dans un pays qui cherche à se "doter (…) d’une infrastructure numérique de rang mondial sur l’ensemble de son territoire, permettant le développement d’une large gamme de services numériques, utilisables par l’ensemble de la population" Ce dernier point est crucial. Le développement du numérique, en plus de favoriser la croissance économique du pays et d'améliorer les services dont bénéficient les Gabonais est, CQFD, très bénéfique en matière d'emploi.  "Le secteur emploie directement ou indirectement plus de 12 000 personnes pour un chiffre d’affaires de 293 milliards de FCFA en 2014 », selon Pastor Ngoua N’neme. Des chiffres à la fois prometteurs et révélateurs du caractère embryonnaire du secteur numérique dans ce pays – à titre de comparaison, la filière numérique génère 700 000 emplois directs en France !

Diversification économique 

Dans ce sens, Collins Nguimabou, président de l’ONG Génération Consciente, qui regroupe les jeunes de 15 à 30 ans autour des thématiques en lien avec les droits de l’Homme, l’entrepreneuriat et le développement durable, a fortement incité les jeunes à la mobilisation. Le but : les pousser à entreprendre, dans un pays en pleine diversification économique – le Gabon s’était jusqu’à présent beaucoup reposé sur ses richesses naturelles, pétrole en tête. Né dans l'esprit de "l'homme à la manœuvre", Maixent Accrombessi, le projet d'une croissance nationale par le numérique commence aujourd'hui à porter ses fruits - on l'a vu par l'emploi, par la génération de richesses, mais aussi par les nombreux investissements rendus possibles par la mise en place d'un projet TIC à long terme. 

Cercle vertueux 

Les 9 et 10 octobre dernier, se tenait au State de l'amitié de Libreville le Forum citoyen Gabon, rendez-vous régional pour organiser les prochaines étapes de la transition numérique au Gabon et chez ses voisins.  Cette initiative africaine a regroupé des noms éminents comme Yves Fernand Manfoumbi (coordonnateur général du bureau du Plan Stratégique Gabon Emergent), Alain Joyandet (député et ancien secrétaire d'Etat chargé de la Coopération et de la Francophonie), Sylvie Dossou (responsable pays de la Banque Mondiale pour le Gabon et la Guinée équatoriale) Dominique de Villepin (ancien Premier ministre français) ou encore Tony Elumelu, concepteur de l'Africapitalisme et président de la fondation éponyme. Elle montre que le berceau de l'humanité est aujourd'hui en mesure de prendre en charge son développement et ses projets de croissance, et que c'est en faisant preuve d'ambition que le continent connaîtra une croissance stable et importante. 

En plus de représenter un levier de croissance et un gisement d’emplois en soi, le développement numérique gabonais et, à plus large escient, africain, constitue une bonne façon pour ces pays d’assurer leur promotion, de véhiculer une image positive par le biais d’Internet. Un nation branding à même d’attirer des investisseurs encore trop souvent frileux à l’idée de se positionner en Afrique.