Poul Nyrup Rasmussen : « Nous avons besoin de valeurs fortes »

Article publié le 5 juin 2009
Article publié le 5 juin 2009
Pour le président du parti socialiste européen et ancien premier ministre du Danemark, les électeurs devront faire un choix politique crucial lors du scrutin européen de juin 2009. Un point de vue de gauche en pleine campagne des Européennes.

Les élections européennes représentent le moment de faire un choix politique, celui d’une Europe progressiste, solidaire, qui réinventera une économie de marché sociale, contre une Europe conservatrice qui nous entraîne sur le chemin d'une société où tout n’est que marchandise. Voilà la différence entre construire un futur et laisser le destin de nos pays et de nos citoyens entre les mains du marché.

« Citoyens d'abord : un nouveau sens pour l'Europe »

La crise économique met à mal les finances des gouvernements, le lien social et la cohésion de l'Union européenne : nous faisons face à une série de défis sans précédents. Le temps du changement est venu, mais pas n'importe quel changement. Le parti socialiste européen (PSE) veut revenir aux valeurs fondamentales du modèle social européen. Des valeurs telles que la coopération, la solidarité, l'égalité ont été occultées par ces dernières années de domination conservatrice au niveau européen et national. Voici le slogan du PSE pour les élections : « Citoyens d'abord : un nouveau sens pour l'Europe ».

Le manifeste du PSE : des principes, pas une idéologie

Malgré les critiques de la droite, le modèle social européen a incontestablement été un succès tout au long du 20e siècle. Nous en sommes fiers. Aujourd'hui, au 21e siècle, une nouvelle Europe émerge: une Europe élargie, une Europe transformée par de nouvelles technologies et par les progrès de la connaissance, une Europe où les gens vivent plus longtemps et en meilleure santé. Mais c'est aussi une Europe qui a abandonné des millions de chômeurs, socialement exclus, vivant dans la pauvreté et la précarité. Beaucoup de choses restent à faire. Bien que nous, les sociaux-démocrates, soyons confrontés à des conditions sociales et économiques très éloignées de celles connues par les générations précédentes, nous gardons la foi en nos valeurs fondatrices.

(PES)En témoignage de cette endurance, je suis fier de présenter le manifeste du PSE. En 2008, en coopération avec trente-trois partis socialistes, sociaux-démocrates et travaillistes, nous avons assemblé un programme de mesures concrètes à présenter aux électeurs européens. Nous avons écouté la population par l'intermédiaire d'une large campagne de consultation publique, impliquant militants, syndicats, ONG et fondations de toute l'Europe. Le site Internet de notre manifeste a reçu 300 000 visites et plus de 600 contributions écrites. Le résultat ? Une vision qui prouve que nous faisons de la politique d'une façon différente, plus participative que celle de nos concurrents libéraux et conservateurs. La vision d'une Europe renouvelée, progressiste, qui applique nos idéaux fondateurs aux réalités d'un monde moderne en perpétuel changement. Le parti européen conservateur appelle cela de « l'idéologie », « un rêve ». Nous appelons cela avoir des principes.

Un manifeste et 71 propositions

Pour nourrir débats et discussions au sein des peuples européens, nous faisons connaître notre manifeste au public le plus large. Nous organisons une série de journées d'action européennes durant lesquelles les partis mettront en place des évènements le même jour sur un thème commun à travers toute l'Europe. Le premier a eu lieu le week-end du 7 au 8 mars 2009, sur le thème « Protéger l'égalité des sexes ».

De Lisbonne à Tallinn et d'Athènes à Dundee, les partis du PSE organiseront des rencontres, des forums et des actions. En plus, notre nouveau site Internet pour les élections comporte un blog public ainsi que des photos, des vidéos, des « twitter feeds », et nous sommes sur le point de lancer une chaîne interactive en ligne avec des programmes complets portant sur la campagne. Quand nous disons que nous voulons du dialogue, nous le pensons vraiment.

(PES)

Le manifeste est constitué de 71 propositions concrètes pour transformer la coopération européenne et apporter un réel changement. Il rejette avec force l'idée que la mondialisation remet en cause notre modèle social. Notre programme pour l'Europe s'attache à protéger les emplois et les conditions de vie des Européens face à la récession, lutter contre le changement climatique, promouvoir la justice sociale, la sécurité et l'équité dans un monde globalisé. Ces réformes sont essentielles pour assurer le bien-être futur des citoyens européens et de la société dans son ensemble. Elles sont vitales pour alléger le poids qui pèse sur ceux qui luttent quotidiennement pour joindre les deux bouts à cause de la récession.

78 millions de pauvres en Europe

Baisse du pouvoir d'achat, augmentation du chômage nous rappellent que prêt de 17 millions de personnes en Europe ont perdu leur emploi et que nombreux sont ceux en situation précaire, à la merci du ralentissement de la croissance. Il ne faut pas non plus oublier le risque d'expropriation toujours présent et l'augmentation des inégalités sociales avec près de 78 millions de personnes (dont de nombreux enfants) qui vivent en dessous du seuil de pauvreté ou s'en approchent dangereusement.

Aujourd'hui et comme toujours, nous devons être prêts à faire face à de nouveaux défis, à de nouvelles chances et à de nouvelles réalités sociales. Ainsi en tant que sociaux-démocrates, nous savons que nous devons faire des choix importants pour répondre à ces défis. En effet, c'est quand se produit un changement, quand nous arrivons à la croisée des chemins que nous avons le plus besoin de valeurs fortes. C'est pourquoi, face à la crise, les conservateurs semblent peu convaincants en faisant appel à la libéralisation des marchés. Leur idéologie est celle du calcul politique, de l'opportunisme et des vieilles doctrines.

Les membres du PSE ont réussi à faire du progrès une réalité là où ils ont été aux manettes, tant au niveau régional que national. Aujourd'hui, si les électeurs nous demandent ce que la famille des sociaux-démocrates fera pour améliorer les choses, nous pouvons brandir notre manifeste pour montrer comment un bloc puissant et progressiste au Parlement européen pourrait changer l'orientation de l'Europe. Cela montre que nous sommes une force du changement s'orientant dans une direction intelligente, commune et en accord avec nos principes.