Portugal : 40% d’abstention, 100% de rigueur

Article publié le 6 juin 2011
Article publié le 6 juin 2011

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Dimanche 5 juin, les conservateurs l’ont emporté haut la main aux élections législatives anticipées portugaises. Pedro Passos Coelho succède donc au chef de gouvernement socialiste José Sócrates, mais la presse européenne doute qu'il ne parvienne à lui tout seul à sortir le pays en difficulté de la crise. Certains appellent de leurs vœux une coalition.

Jornal de Notícias – Portugal : L’abstention l’emporte aux élections

Le conservateur Pedro Passos Coelho a réuni 39 pour cent des voix avec le PSD et succédera au Premier ministre socialiste José Sócrates du PS, qui a obtenu 28 pour cent. Dans le fond, ce sont pourtant seulement les exécutants de l'austérité qui changent, estime le quotidien Jornal de Notícias : « Désormais, ce sont donc le PSD et le [parti conservateur de droite] CDS qui remplaceront le PS pour devenir les gouverneurs du FMI, de l'UE et de la BCE et appliquer les plans du 'marché' pour le protectorat portugais. … Si notre système électoral prenait en compte les 40% [qui se sont abstenus], il y aurait près de 90 sièges vides au prochain Parlement. Et les partis auraient le nombre adéquat de députés qui correspond aux faveurs réelles des électeurs, c'est-à-dire à peine plus de la moitié du total actuel. Ce qui, dans le langage des marchés, correspondrait à la note 'pourrie'. »

(Article publié le 06.06.2011) 

Expansión – Espagne : Cap vers la rigueur

Une tâche difficile attend les vainqueurs des élections législatives portugaises, estime le journal économique Expansión : « Le prochain gouvernement devra relever un défi de taille : tirer le pays de la grave crise financière dans laquelle il se trouve et redonner espoir à des citoyens découragés et conscients que des années difficiles les attendent. Le Portugal doit privatiser les entreprises publiques, augmenter les impôts, réduire les dépenses et limiter les indemnités de licenciement. L'une des idées de Passos Coelho est de restreindre à dix le nombre des ministères, ce qui inquiète de nombreux secteurs concernés, comme celui de la culture. Les politiques portugais lorgnent vers la Grèce et redoutent qu'ici aussi, les mesures d'austérité que l'UE conditionne à son programme de sauvetage ne fassent qu'aggraver la récession. C'est un tableau complexe qui explique le découragement de la population. »

(Article publié le 06.06.2011) 

 De Tijd – Belgique : Seule une coalition peut aller au bout des réformes

Après la victoire électorale des conservateurs du PSD au Portugal, le parti conservateur de droite du CDS s'avère être un possible partenaire de coalition. Mais compte tenu de la crise financière, il faudrait envisager une alliance du PSD avec les socialistes battus du PS, estime le journal économique De Tijd : « Ces deux partis doivent assumer leurs responsabilités. S'ils se rangeaient derrière le même programme d'austérité, ce serait la meilleure garantie pour la population que les réformes urgentes soient enfin mises en œuvre. Par le passé, l'un des grands partis s'est toujours retrouvé sur la touche et l'on n'a jamais eu le courage d'avaler la pilule. … Le parti majoritaire avait toujours une bonne raison pour négliger l'essentiel. Par peur notamment de payer les pots cassés aux élections suivantes et de devoir céder le pouvoir au grand rival. Si les deux partis principaux font cause commune cette fois-ci, le Portugal pourrait peut-être écrire prochainement un nouveau chapitre plus positif. »

(Article publié le 06.06.2011) 

28 pays - 300 médias - 1 revue de presse. La revue de presse euro|topics présente les thèmes qui animent l'Europe et reflète sa pluralité d'opinions, d'idées et d'humeurs.

Photo: (cc)Gogo6969/flickr