Portrait chinois

Article publié le 25 avril 2007
Article publié le 25 avril 2007

Certains prédisent qu’il y aura bientôt en Chine plus d’entreprises de logiciels informatiques, de pianistes, de voitures qu’en Europe ainsi qu’une pollution atmosphérique qui réduira à néant les efforts des installations européennes d’énergie solaire. En clair : la Chine devient puissante. Surpuissante.

C’est pourquoi nous devons dans les plus brefs délais nous pencher sur ce que les Chinois attendent de nous, pauvres Européens. Quel meilleur indicateur peut-il y avoir que la langue ? Comme les Chinois n’utilisent pas notre alphabet, ils doivent périphraser les noms des pays d’Europe avec un langage plus ou moins fleuri.

Dans le cas du Portugal, c’est assez simple. Tournées vers l’Atlantique, les terres lusitaniennes sont aussi le ‘pays des vignes’ [Pu Tao Ya]. Plutôt facile à comprendre. Mais qu’en est-il de la Grande-Bretagne ? L’ancienne puissance coloniale qui a sournoisement permis à ses négociants ressortissants de faire commerce de l’opium dans l’empire du Milieu en pleine période de l'entre-deux-guerres. Loin de ces sordides lutte de trafiquants, la perfide Albion reste ‘le pays des héros’ [Ying Guo] chez les Chinois. Rien ne surpasse la politesse asiatique.

Et les Allemands ? Ils sont peut-être ‘le pays sans limitation de vitesse’, ‘la nation qui a déclenché deux guerres mondiales’ ou bien encore ‘la contrée des abdominaux Kronenbourg’ ? Perdu... et de loin ! De Guo disent les Chinois lorsqu’ils se rendent outre-Rhin, soit ‘le pays de la sagesse’.

Il reste la France. Quelques suggestions sont possibles : ‘le pays de la grève éternelle’, ‘le pays des subventions agricoles’ ou bien ‘le pays où, en tant que Président, on ne doit pas démissionner même lorsque l’on est complètement corrompu’. Pourtant, là également, les Chinois font preuve d’une imbattable diplomatie. L’Hexagone dans l’Empire du Milieu devient Fa Guo : le pays du droit.

Et qui pense encore avoir peur de la Chine ?