Polonais, Biélorusses : frères d’armes

Article publié le 23 octobre 2012
Article publié le 23 octobre 2012
Dernière dictature d’Europe, la Biélorussie est un petit pays où les opposants politiques sont jetés en prison. Alexandre Loukachenko, l’ennemi public, trône à la présidence depuis 1994. Le simulacre des dernières élections législatives, en septembre, a encore prouvé à la communauté internationale que démocratie ne rime définitivement pas avec Biélorussie.
Dans leur combat pour la liberté, les activistes politiques peuvent compter sur le soutien de leur voisin : la Pologne.

Lire notre dossier consacré à la Biélorussie : La Biélorussie : lever de rideau de fer

Pour les Biélorusses persécutés par le régime de Loukachenko, la Pologne représente une terre d’asile. Aux lendemains des élections législatives biélorusses, c’est à Varsovie que l’opposition organise une conférence de presse. Certainement pas à Minsk où la parole est muselée. Dans les locaux de l’agence de presse polonaise PAP, des activistes, des épouses de prisonniers, des journalistes biélorusses indépendants et des experts prennent la parole tour à tour, devant les caméras. En coulisse, on prend la pose en tenant une pancarte de « Joyeux anniversaire » pour Ales Beliatski, opposant biélorusse emprisonné. Régulièrement, des activistes biélorusses se déplacent en Pologne pour parler à la presse polonaise et étrangère. Ils trouvent dans ce pays voisin un réel allié. Et il y a comme une fraternité entre les deux peuples.

Les journalistes bavards et indépendants trouvent une place de premier choix dans la liste noire de Loukachenko. Pas de liberté d’opinion. Pas de liberté d’expression non plus. Et encore moins de liberté de la presse. Les intimidations et les nombreux contrôles du KGB biélorusse ont souvent raison des rédactions rebelles. Dans les prisons, les opposants politiques ont souvent des journalistes comme compagnons de fortune. C’est le cas de Natalia Radzina, rédactrice en chef du portail internet indépendant Karta 97. Elle a été emprisonnée pour avoir participé à la manifestation d’opposition, le 19 décembre 2010, le soir des élections présidentielles nommant une nouvelle fois Loukachenko à la tête de l’État. Pour de nombreux libres penseurs, cette date est le début des ennuis. Une fois sortie de prison, Natalia a trouvé refuge entre la Pologne et la Lituanie, pays depuis lesquels elle continue d’enquêter sur la Biélorussie.

Frères

Mais loin de se contenter de la presse, Loukachenko va s’attaquer à la minorité polonaise de Biélorussie. Une communauté estimée à 400 000 personnes, sur une population totale de 10 millions d’habitants. Les associations deviennent la cible des représailles. Le régime leur coupe les vivres et les intimide. Autant dire que les Polonais ont pris en grippe l’ennemi des opposants biélorusses. Et c’est bien connu : « l’ennemi de mon ami est mon ennemi ». Le pays s’organise dés qu’il en a l’occasion pour venir en aide aux opposants biélorusses. A Varsovie, des collectifs d’aide comme « Solidarité avec la Biélorussie » organisent régulièrement des rencontres avec des activistes mais aussi des évènements grand public, comme des concerts de soutien. Yuliya Slutskaya en est la présidente : « Nous avons créé notre bureau d’information en janvier 2011, aux lendemains des manifestations du 19 décembre. Ce collectif agit comme un pont entre le Bélarus et la communauté internationale. La situation biélorusse doit être sous le feu des projecteurs, le monde doit savoir ce qu’il s’y déroule. »

Guerre des chefs

L’engagement envers l’opposition biélorusse est aussi politique. Dés qu’une occasion se présente, l’État polonais prend position. Pendant la présidence polonaise du Conseil de l’Union européenne, de juillet à décembre 2011, le gouvernement de Donald Tusk a eu à orchestrer le deuxième Sommet Partenariat oriental. Un accord entre l’UE et six pays d’Europe orientale et du Caucase Sud : Arménie, Azerbaïdjan, Géorgie, Moldavie, Ukraine et Biélorussie. A Varsovie, les 29 et 30 septembre 2011, Donald Tusk et son ministre des Affaires étrangères, Radoslaw Sikorski, ont mené un front anti-Loukachenko. Le « dernier dictateur d’Europe » n’a pas été invité au même titre que ses homologues. Persona non grata, alors qu’en parallèle le Premier ministre polonais et le président du Conseil, Herman Van Rompuy, ont reçu l'opposition bélarussienne en marge du sommet du Partenariat oriental. 1-0. Dernièrement, Ales Beliatski, opposant politique condamné à quatre ans de prison pour avoir pris part aux manifestations du 19 décembre 2010, a été récompensé du prix Lech Walesa pour son engagement en faveur des droits de l’Homme. Toujours emprisonné, c’est son épouse, Natalia Pinczuk, qui a reçu la récompense. Le prix Lech Walesa, du nom du chef historique du syndicat polonais Solidarnosc, est une nouvelle preuve du soutien du pays. 2-0 pour la Pologne.

"Ok, Donald tu marques un point, mais fais-gaffe au prochain haïku."

Une histoire commune

Dans la liste des défauts de Loukachenko, il y en un de poids aux yeux de la société civile polonaise. Son dévouement pour la Russie. Depuis la période communiste, la Pologne voit d’un mauvais œil tout ce qui touche de prés ou de loin à la Russie. Les vives réactions publiques à l’affaire de la catastrophe aérienne de Smolensk le démontrent. Des soupçons de complot à la chaîne. Et puisque « l’ennemi de mon ami est mon ennemi », « l’ami de mon ennemi est aussi mon ennemi ». Le poids de l’histoire a scellé leur fraternité. Comme la Pologne, la Biélorussie a été tiraillé entre les nazis et les Russes. Comme les Polonais, les Biélorusses ont lutté pour leur indépendance à la veille de la dissolution du bloc soviétique. Des frères d’armes. Sauf qu’aujourd’hui : l’un vit en démocratie, l’autre en dictature.

Photos : Une (cc)kirillbelaru/flickr ; Texte : solidarity with belarus (cc) kasia_jot/flickr, Donal Tusk et Herman Van Rompuy (cc) europeancouncil/flickr