Pologne : le pouvoir de la presse

Article publié le 3 mai 2004
Publié par la communauté
Article publié le 3 mai 2004

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Il y a officiellement trois pouvoirs démocratiques en Pologne: le législatif, l’exécutif, et le judiciaire. Mais officieusement, on en trouve un quatrième : la presse libre.

Dans mon pays, le premier journal libre légal à avoir vu le jour est un quotidien du nom de Gazeta Wyborcza, la « Gazette électorale », créé en 1989 avant les premières élections partiellement libres de juin de la même année. Il a été fondé par des journalistes et des activistes de l’opposition démocratique, tels qu’Adam Michnik, rédacteur en chef du quotidien.

Comment se faire des amis et influencer les gens

Depuis 1989, l’influence de Gazeta Wyborcza sur la vie politique du pays a été immense. Le journal a le pouvoir de faire et de défaire des carrières politiques. Par exemple, il a lancé l’idée d’avoir un premier ministre non-communiste dans cette région du monde : deux mois plus tard, Tadeusz Mazowiecki devenait premier ministre. Gazeta est aussi, dans une certaine mesure, responsable des agitations politiques actuelles (la démission du premier ministre Miller le 1er mai). En 2002, la Gazette a révélé un cas de corruption, premier d’une longue série de scandales qui impliquaient des membres du parti actuellement au pouvoir.

Hormis son influence politique, le quotidien, et sa maison mère Agora, est devenu un énorme succès commercial. Le premier numéro du journal contenait 8 pages et s’était vendu à 150 000 exemplaires. Aujourd’hui, le tirage moyen journalier est de 420 000 exemplaires généralement constitués de plus de 113 pages. Son équipe de rédaction se compose d’environ 790 journalistes.

Avec le temps, Agora est devenu le plus grand groupe médiatique de Pologne. En plus de Gazeta Wyborcza, son business le plus rentable, il possède 15 magazines nationaux, un quotidien libre à Varsovie et des hebdomadaires libres dans quatre autres villes, la plus grande agence de publicité polonaise, 28 stations de radio locale, une station de radio pan-régionale, et le troisième plus grand portail Internet de Pologne.

Défis à l’horizon

En ce début de millénaire, le journal est confronté à de nouveaux défis. Primo, la baisse générale du nombre de personnes qui lisent les quotidiens. Secundo, dans ce marché qui se rétrécit, la compétition se fait de plus en plus rude avec l’arrivée de nouveaux journaux détenus par des groupes occidentaux puissants. Un nouveau quotidien Fakt (du groupe Axel Springer) est apparu en 2003, s’emparant momentanément de la position de leader qu’occupait Gazeta sur le marché de la presse quotidienne. Tertio, la série de scandales qui a commencé à éclater en décembre 2002 a causé du tort non seulement au parti au pouvoir, mais à toute la scène politique. Et Gazeta, qui fait plus que de simplement couvrir les informations, fait partie de la classe politique.

Cependant, l’avenir s’annonce brillant pour la société Agora. L’économie polonaise est une fois de plus en plein essor avec une augmentation de 6% du PIB enregistrée au premier trimestre 2004. Le marché européen est grand ouvert à ces entreprises polonaises prêtes à investir et à se développer. Agora fait partie de celles-là.