Pologne - Allemagne: la satisfaction d'un match sans but marqué

Article publié le 17 juin 2016
Article publié le 17 juin 2016

Une rencontre Pologne-Allemagne est-il un match comme un autre ? Une opposition où l'on se concentre uniquement sur le jeu, et non sur l'histoire entre les deux pays. C'est apparemment possible. Les joueurs, dirigeants et supporters l'ont confirmé lors de l'Euro 2016.

Pologne-Allemagne. 16 juin 2016 à Saint-Denis. Un match à risque selon les organisateurs du tournoi. On a toujours des craintes lorsque deux pays liés par une histoire tumultueuse se rencontrent à l'occasion de compétitions sportives. Mais ce match de football aura été marqué par une normalité la plus totale.

Un peu d'histoire

Même ceux qui ont peu étudié l'Histoire ne sont pas sans savoir que les relations entre la Pologne et l'Allemagne, bien que millénaires, ont été marquées par des périodes sombres. Et en cette année 2016, alors que sont célébrés les 25 ans du traité d'amitié entre les deux nations, toute manifestation sportive ou culturelle les rassemblant est vue comme un symbole de bonne entente.

Ce match, tant attendu par de nombreux supporters des deux équipes, en fait partie. Bien qu'elles se soient déjà affrontées lors des éliminatoires, le tirage au sort les a de nouveau réunies pour les phases de poule du tournoi. Encore mieux, le match allait se dérouler au Stade de France, plus grand stade de la compétition.

Dans le passé, les rencontres entre la Pologne et l'Allemagne (surtout la RFA) avaient une résonance d'abord politique, puis sportive. Côté sportif, la Pologne a longtemps été inférieure. La génération dorée des années 1970, emmenée par l'entraineur Górski, n'a jamais réussi à vaincre les partenaires de Beckenbauer et de Müller, tout comme leurs successeurs.

Les temps ont heureusement changé. L'Allemagne a gagné d'autres titres aux niveaux européen et mondial. Quant à la Pologne, après une phase de transition, marquée par un développement économique et social, un héritage sportif de l'Euro 2012 et d'autres compétition sportives, elle émerge sur la scène européenne, ses joueurs évoluant dans les plus grands championnats du continent.

Au delà des hostilités

Les prévisions météo annonçaient une journée pluvieuse. Ceci s'est avéré vrai, mais n'a pas refroidi l'esprit des supporters venus en masse à Saint-Denis et aux alentours du stade. Les Polonais et les Allemands se sont mélangés dans un esprit de convivialité autour de bières et de chants. Les policiers, en uniforme ou civil, les tenait à l'oeil. J'ai vu un duo de supporters allemands qui, bien imbibés, ont ignoré trois avertissements d'un policier, avant d'être menottés et embarqués.

Les supporters semblaient indifférents à l'Histoire et au passé des deux pays. Avant le match, les Allemands et Polonais ne manifestaient pas de signes d'appartenance nationale. Hormis quelques “Deutschland, Auf Wiedersehen”, également entendus pendant le match, ces derniers ne se sont pas montrés hostiles à leurs voisins, autrefois détestés.

L'absence de défiance ou de haine dans les tribunes m'a aussi marqué. Les speakers français, polonais et allemand y sont peut-être pour quelque chose, eux qui ont passé des chansons de Piersi ​("Bałkanica") et d'Olli Poscher ("Schwarz und Weiss") pour animer le stade. Les Polonais, bien visibles en rouge et blanc, entonnaient régulièrement “Polacy, gramy u siebie” (Les Polonais, on joue chez nous), comme pour montrer une grande confiance en leur équipe.

Bel exemple pour l'avenir

Et le football a parlé ! Au délà du coté sportif, bien commenté dans la presse avec une admiration pour l'équipe polonaise et les doutes sur la force de l'équipe allemande, on a pu assister à un match sans but. Mais celui-ci a atteint d'autres buts : la tranquillité et l'égalité.

Après le match il n'y a pas eu d'incidents. Les fans des deux pays se sont rassemblés à la sortie du stade pour continuer la fête à proximité (même si les CRS étaient préparés à toute éventualité) ou rentrer chez eux. Le 0-0 a certainement contribué au calme, avec un sentiment d'insatisfaction des deux cotés, atténuant le chauvinisme national et renforçant l'amitié entre les peuples des deux pays. Vivement le prochain match !