Poignées d'amour

Article publié le 14 août 2007
Article publié le 14 août 2007

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Alors qu’arrive le printemps et que les jupes racourcissent, la question est sur toutes les lèvres : comment lutter contre les kilos superflus qui se sont gracieusement logés sur nos corps engourdis par le froid et les tartiflettes. Eternelle inégalité des sexes, les messieurs ont la chance incroyable de s'empâter avec poésie, puisque les Français comme les Italiens qualifient une sangle abdominale rebondie de ‘poignées d'amour’ [en italien ‘maniglie dell'amore’]. L’expression vaut aussi pour les Britanniques qui arborent des ‘love handles’. Le gras ainsi formé sur les hanches prend la forme de deux jolies anses, justifiant leur qualificatif de ‘poignée’. Mais pourquoi d’amour ? Hé bien, parce qu’il est possible de se saisir de ces renflements adipeux lors de transports amoureux passionnés. Impitoyables à l’égard du gras, les Allemands ont une expression plus pragmatique pour désigner le relâchement abdominal chez l'homme vieillissant : ils parlent de ‘bierbauch’ ou ventre plein de bière. Les Anglais eux privilégient la métaphore culinaire avec l’expression ‘potbelly’ ou bidon-casserole. Les Français recourent aussi à la pâtisserie avec la fameuse ‘brioche’. Autre gourmandise mais au féminin, l'expression anglaise ‘to have a bun in the oven’, soit avoir un petit pain dans le four, est réservée aux femmes enceintes. Post grossesse, les Teutons ont pris l’habitude de désigner les rondeurs gardées par la maman de ‘baby speck’ [lard de bébé]. Quant au combiné gagnant poignées d'amour-gras sur le ventre, il porte en anglais le doux nom de ‘pneu de secours’ [‘spare tire’], là où les Espagnols parlent de ‘Michelin’ et les Français, pourtant détenteurs du brevet, de pneu tout court.