Playlist de la semaine : Mr Campbell, pas de curry dans mon yaourt.

Article publié le 22 novembre 2014
Article publié le 22 novembre 2014

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Un scandale a éclaté à l’Assemblée irlandaise lorsque le député d’Irlande du Nord Gregory Campbell s’est moqué de la langue irlandaise. Eh bien, Mr Campbell, cafébabel a composé une playlist en votre honneur.

Le 3 novembre avait lieu un débat sur la langue irlandaise et le scots d’Ulster durant lequel Campbell s’est adressé à l’assemblée en disant « Curry my yoghurt can coca coalyer », une parodie du « Go raibh maith agat, Ceann Comhairle » signifiant « Merci, M. le Président/Mme la Présidente » en Irlandais. Carál Ní Chuilín, membre du Sin Féin et député a répondu en disant «Je pense que votre conduite ne plait pas aux membres de cette Chambre. Et qu’elle n’appelle pas de réponse. » Que les Unioniste détestent ou non tout ce qui est irlandais, se moquer intentionnellement tel que l’a fait Campbell est tout simplement un manque de bonnes manières, au vu des fortes rivalités politiques qui existent entre Nationalistes et Unionistes depuis des dizaines d’années. C’est pour cela, Mr Campbell, si vous me permettez d’utiliser une parodie linguistique de mon cru, que vous vous êtes bien foiré.

Mr Campbell, je crois savoir que vous êtes Unioniste et favorable à de forts liens entre l’Irlande du Nord et la Grande Bretagne. Très bien ; chacun a le droit d’avoir sa propre appartenance politique. Mais se moquer éhontément d’une langue qui existe dans cette région depuis des centaines d’années ? Inacceptable. Parce que, à cafébabel, nous aimons célébrer la diversité et nous nous délectons des traditions que des cultures différentes peuvent offrir, nous avons décidé de composer une playlist afin de célébrer la splendeur de tout ce qui est irlandais, pour tenter de contrer le sectarisme du type de celui de Mr Campbell. Tant la langue que la musique irlandaises sont les héritières d’une partie de la culture. Imprégnée de traditions, de souvenirs et d’adversités, elle va droit au cœur non seulement des Irlandais, mais de tous ceux qui en ont un qui bat, ne serait-ce qu’un tout petit peu.

Pour commencer, voici Tim Collins, virtuose joueur de concertina. Originaire du West Limerick, ce musicien largement reconnu a parcouru le monde pour apprendre aux gens à jouer du concertina, cet instrument dont les touches produisent des sons différents, à peu près comme celles d’un accordéon, en fonction de si on appuie ou on tire sur les soufflets. C’est pour cela qu’il faut beaucoup d’habileté et de dextérité pour jouer du concertina. Laissez la finesse de Collins vous époustoufler.

Tim CollinsThe Humours of Tullycrine / The Garden of Daisies (2009)

Lunasa, dont le nom vient de l’ancienne fête de la moisson Lughnasadh, est l’un des groupes modernes typiquement irlandais que vous devez connaitre. Ecouter les quelques chansons que voici est idéal pour conduire dans une campagne verdoyante et vallonnée surplombée de cumulus clairs.

Lunasa - The Wedding Reel / Morning Nightcap / The Malbay Shuffle (2008)

On voit ici quatre musiciens irlandais expérimentés jouer durant ce qu’on appelle un bœuf ou « seisiún » en Irlandais. Ces boeufs, durant lesquels les musiciens se retrouvent pour boire quelques pintes et jouer des airs (pas des « chansons », des « airs ») pendant des heures et des heures, sont très habituels dans les pubs de toute l’Irlande. Il n’y a vraiment pas de meilleure façon d’apprécier la tradition musicale irlandaise que d’aller vous-même dans un de ces pubs et de l’écouter en direct.

Steph Geremia, Alan Kelly, Tola Custy and Donogh HennessyThe Conspiracy Reels (2009)

Formé en 1987, Altan est un groupe dont ont entendu parler tous les musiciens irlandais. Leur chanteuse, Ni Mhaonaigh, est considérée comme l’une des meilleures du pays. Bien que la série d’airs que nous présentons n’ait pas de partie chantée, on peut tout de même apprécier le talent de ces musiciens lorsqu’il s’agit de garder la tradition irlandaise vivante.

Altan -  The Road to Durham (1988)

Mr Campbell, s’il y a bien un groupe qui peut témoigner de la possibilité pour la musique irlandaise de cohabiter avec d’autres, c’est bien Delhi 2 Dublin, qui fusionne musique traditionnelle irlandaise et indienne.

Delhi 2 Dublin - Dil Nachde (2011)

La musique de FullSet est pleine d’énergie et de vitalité. Jouée par 6 musiciens au total, leur musique rassemble des voix, un concertina, un violon, un bodhrán, une guitare, une flute et des uilleann pipes. En 2012, ils ont re­çu le Prix du Meilleur Groupe de l’Irish American News et le Prix de la Révélation aux Live Ireland Awards de Bill Margeson. Ce groupe est vraiment un bonheur pour les oreilles.

Fullset Tree Reels (2011)

Conor Moriarty est un jeune joueur de concertina très talentueux. Fortement influencé par le célèbre accordéoniste Finbaar O’Dwyer, il a été couronné Champion d’accordéon d’Irlande en 2010. Même si la musique irlandaise est géniale quand elle est jouée par plusieurs instruments, écouter un seul instrument vaut vraiment le coup.

Conor Moriarty - Finbarr O'Dwyer's Reel (2010)

Na Rósaí, qui signifie “Les roses” en Irlandais, est un groupe installé aux Etats-Unis. Conor Ó Bryan (flûte), Preston Howard (cornemuses, flûte irlandaise), Erik Killops (violon) and Richie Rosencrans (bouzouki, guitar ténor, voix) ont sorti leur premier album cette année et ont utilisé les influences tirées de leurs nombreux voyages en Irlande, au Royaume-Uni et en Europe. Leur musique vous fera danser et sautiller jusqu’au bout de la nuit, ou du moins jusqu’à ce que vous ayez bu un bon nombre de pintes.

Na RósaíThe Bluebells are Blooming (2014)

Et pour terminer cette playlist consacrée à l’Irlande, voici le seul et unique Dropkick Murphys. C’est peut-être le groupe irlandais le plus connu au monde et ils ont beau ne pas être traditionnels, ils personnifient tout de même l’esprit vivant et rebelle pour lequel les Irlandais sont célèbres.

Dropkick Murphys - Rose Tattoo (2012)