Playlist de la semaine : direction le Sziget Festival

Article publié le 11 août 2015
Article publié le 11 août 2015

Du 10 au 17 août – comme tous les étés depuis 23 ans – l’île d'Obuda à Budapest accueille le Sziget festival. Une semaine de musique et de fête qui attire des visiteurs du monde entier. Petite playlist pour se préparer au grand événement.

Florence and the Machine, « Ship to wreck »

Après le succès international de Ceremonials (2011), leur retour était très attendu. Avec leur nouvel album How Big How Blue How Beautiful, ils ont contenté tout le monde. Présents à la plupart des festivals internationaux - après Coachella (USA), où leur meneuse Florence Welch s'est cassé le pied en sautant dans le public, le « sort » leur a souri en les propulsant têtes d'affiche pour le Glastonbury (UK), après que Dave Grohl des Foo Fighters s'est cassé un jambe - ils ne pouvaient rater le Sziget sous aucun prétexte. 

Major Lazer feat. DJ Snake, « Lean On » (with Mø)

C'est presque impossible de ne pas l'avoir entendue. Depuis quelques mois, elle tourne en boucle à la radio et monopolise les dancefloors. Bref, c'est le hit le plus demandé de l'été. Cette année, Major Lazer, le projet éléctro du producteur étasunien Diplo, mais aussi la chanteuse danoise  qui prête sa voix sur le fameux single, se produiront chacun au Sziget.  -Il n'y a plus qu'à espérer qu'il nous régale en se retrouvant sur la même scène.

Interpol, « Everything is Wrong »

N'oublions pas que le Sziget est d'abord né en 1933 sous la forme d'un festival rock classique, pour ensuite accorder un peu d'espace aux autres styles lors de l'émergence de la pop et de l'électro. Des groupes comme InterpolKings of Leon et Kasabian seront là pour revendiquer sa nature première.

Fast Animals Slow Kids, « Lei »

Nous les suivons depuis un bout de temps dans leur tournée à travers toute la péninsule (et ailleurs), lancée il y a près d'un an. cafébabel les a interviewés lors de leur passage à Turin. Ils sont de Pérouse et s'exhiberont sur l'Europe Stage pour représenter ce rock italien qui parvient encore à faire bouger les masses, tout en restant indépendant. 

Marina and the Diamonds, « Blue »

Pop, comme la vocation du Sziget : Marina and the Diamonds est une artiste britannique née en 1985, qui n'a malheureusement jamais réussi à percer en Italie. Pour autant, elle n'a rien à envier aux autres popstars internationales. Son dernier album, Froot, est un délice et promet de ne pas vous laisser de marbre.