Pizza Punk : quand Vienne lutte contre la gentrification 

Article publié le 21 octobre 2014
Article publié le 21 octobre 2014

Hiver 2011, comme de nombreuses capitales européennes le 2ème arrondissement de Vienne est rongé par la gentrification. Les locataires aux revenus modestes laissent leur place à des familles plus aisées et la ville se redessine au gré de la spéculation. La réplique n’est cependant pas loin. Elle aura lieu au numéro 12 de la Mühlfeldgasse. Bienvenue à la Pizzeria Anarchia

Cela fait des mois que cet immeuble, situé au 2ème arrondissement de Vienne, est le témoin silencieux d’actes extrêmes. Du sabotage en passant par la menace et l’intimidation, les propriétaires ne reculent devant rien pour venir à bout des quelques habitants et ainsi louer leurs appartements à un prix plus élevé. Dans une ultime tentative, ils proposent à un groupe de punks de venir squatter leurs murs gracieusement pendant plus d'un an et ainsi pousser les habitants hors de leurs foyers.

Mais alors que l’échéance approche, la situation prend un nouveau tournant. Les punks décident finalement de rester et de prendre la défense de Nada - l'ultime locataire souhaitant demeurer dans son appartement - et dénoncer des méthodes à la limite de la légalité. Le 12 de la Mühlfeldgasse devient pendant trois ans un symbole de la vie solidaire viennoise et grâce à son four à pizza ouvert à tous, prend le nom de « Pizzeria anarchia ». Les 19 squatteurs seront finalement expulsés en juillet 2014 par 1 700 policiers.

Celia et Mitl ont fait parti du collectif de la Pizzeria anarchia. Pour cafébabel, ils reviennent sur ces années de squat qui ont marqué les esprits.

Pizza Punk - Antoine Le Lay, 2014. 

CET ARTICLE FAIT PARTIE D’UNE SÉRIE SPÉCIALE CONSACRÉE À VIENNE. « EU-TOPIA : TIME TO VOTE » EST UN PROJET RÉALISÉ PAR CAFEBABEL EN PARTENARIAT AVEC LA FONDATION HIPPOCRENE, LA COMMISSION EUROPÉENNE, LE MINISTÈRE FRANÇAIS DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET LA FONDATION EVENS.