Philippe Lamberts, un eurodéputé de proximité

Article publié le 2 avril 2011
Article publié le 2 avril 2011
Par Edgar Makanga Certes, au sein de l’hémicycle européen, il est sans doute beaucoup moins « bruyant » que Guy Verhofstadt, Jean-Luc Dehaene ou encore Louis Michel. Toutefois, Philippe Lamberts, écologiste bruxellois, peut se targuer d’une meilleure proximité avec ses concitoyens.

Au courant du mois de mars, Philippe Lamberts (Verts/ALE) a reçu plusieurs centaines de courriels de la part de citoyens bruxellois. Ceux-ci demandaient aux Parlementaires européens de se lever de leur siège lors de la session plénière du jeudi 24 mars dernier à midi, pour montrer qu’un contact direct est possible entre les Eurodéputés et les citoyens. L’action émanait de ''"Postcards from the future"'', une plateforme bruxelloise.

Il semblerait que la plupart des eurodéputés ait reçu ces e-mails. « En tout cas, c’était très difficile de ne pas voir autant d'e-mails », affirme Philippe Lamberts. « Si je les ai reçus, il n’y a pas de raison que les autres parlementaires ne les aient pas reçus. »

Et jeudi dernier à midi à Bruxelles, il s’est levé au sein de l’hémicyle pour montrer bonne réception des e-mails aux citoyens. « Tout le monde avait l’air étonné quand je me suis levé », explique l'élu anderlechtois. « Car je m’attendais à ce que les autres collègues suivent aussi le mouvement. Surtout chez les Verts, puisqu’on fait souvent des gestes symboliques. »

Malheureusement, on pourra regretter qu’il fût l’un des rares à le faire : seuls … huit parlementaires se sont levés !