Petit déjeuner à Bruxelles

Article publié le 4 février 2011
Article publié le 4 février 2011
Par Rose Kelleher (traduit par Maxence Peniguet) Le plus important petit déjeuner d'Etterbeek est juste en train de commencer, avec les plus puissants leaders du monde (et 25 autres personnes inconnues en dehors de leur ville d'origine) qui se rassemble autour d'un café en prétendant discuter de la stratégie européenne de 2020 sur le changement climatique.

A côté de la confiture, du jus d'orange fraichement pressé et l'ordre du jour quelque peu bousculé, les Merkel et Sarkozy de l'Europe cherchent leurs places autour de la table - tout en se demandant, à la vue du nom "Boyko Borissov" : qui est donc ce type ?. Il se demande, aussi, comment trouver une belle façon de dire à Brian Cowen que Dublin ne peut plus accueillir de grandes multinationales en leurs offrant des taux imposition ultra-concurrentiels.

Sur l'agenda, aujourd'hui, nous attendons la présentation du plan franco-allemand sur le rapprochement fiscale qui suprrimera les avantages compétitifs de certains pays. Le régime de brevet unique européens devra être abordé, ainsi que l'échec de la réduction des gaz à effet de serre de 20% pour 2020 - tristement, nous ne verrons que probablement 9% de réduction. L'Egypte, la Tunisie et le Yemen seront sans aucun doute discutés, et tout le monde attent un discours de la Baronne Lady Ashton retentissant.