Pendant ce temps là, les prix à la pompe grimpent, grimpent...

Article publié le 11 mars 2011
Article publié le 11 mars 2011
Par Maxence Peniguet Alors que des combats font toujours rage en Libye, et que les 27 chefs d'État et de gouvernement de l'Union européenne doivent se décider aujourd'hui à Bruxelles sur une réponse commune à cette crise, les prix des carburants, eux, ne font que d'augmenter et atteignent des records à la pompe dans toute l'Europe.

Le litre de sans plomb 95 se vendait cette semaine en France à 1,5067 euro, dépassant son record de 1,4971 euro de juin 2008. En Belgique, le prix officiel (c'est à dire le prix maximum) du SP95 est de 1,6240 euros aujourd'hui. Aux Pays-Bas, le prix moyen de l'essence a désormais atteint 1,70 euros le litre.

Si des records sont battus, la faute ne revient pas forcément aux perturbations en Libye. Selon le PDG du groupe Total, Christophe de Margerie, la production de pétrole a chuté d'environ 1,4 million de barils par jour depuis le début de la révolte. "La production doit être retombée à 200 000 à 300 000 par jour maximum", a-t-il indiqué lors d'un point presse. "La Libye produit en temps normal 1,69 million de barils par jour et en exporte 1,2 million, essentiellement (à 85 %) vers l'Europe". Et la Libye ne représente qu'1% de la consommation mondiale... En fait, l'augmentation serait plus structurelle que conjoncturelle, c'est à dire que la demande serait trop forte par rapport à ce que l'offre peut fournir.

La réponse aux consommateurs ne se fera pas aujourd'hui, et surement pas au niveau de l'UE. Aux niveaux étatiques, il n'y pas vraiment de réponse non plus... A part que l'on parle de baisser les taxes mais qu'on ne le fait pas.. La seule solution : laisser sa voiture au garage.

Photo : Flikr/Ki²