PDL – Le nouveau parti politique

Article publié le 6 janvier 2008
Publié par la communauté
Article publié le 6 janvier 2008
Début décembre, Emil Boc (PD) et Theodor Stolojan (PLD) annonçaient la fusion de leurs deux partis et la naissance d’une nouvelle force politique en Roumanie : le Parti Liberal Démocrate. Contrairement aux discours officiels niant toute fusion, cette dernière était prévisible bien avant les élections parlementaires, car nul n’ignorait alors la proximité entre Theodor Stolojan et Băsescu.
De plus, le PLD avait reçu l’aide du PD pendant la campagne électoral au court de « master class ».

Les réactions des hommes politiques, aussi différentes les unes que les autres, ne se sont pas faites attendre. Le président exécutif de l’UDMR, Kelemen Hunor, a déclaré : « Je pense que les choses suivent un cours normal. Le PD et le PLD ont toujours été alliés. Nous leur souhaitons beaucoup de succè,s et que leur alliance soit heureuse. C’est un vœu très sincère car nous n’aurons plus à nous adresser à deux partenaires distincts. Dorénavant, quand vous parlerez directement au Président Băsescu, vous parlerez au Parti Démocrate ».

Le chef de file du principal parti d’opposition, Mircea Geoana a déclaré: «Je pense que le Président Băsescu a appliqué le principe du “créateur destructeur” à cette relation avec le PD. Il est clair que ce changement bénéficie à Stolojan qui, de facto, devient le nouveau leader du parti ». Il a insisté pour remercier le Président de ce changement qui, selon le leader d’opinion du courant Social, jouera en la faveur du PSD.

L’ancien collègue de Stolojan, Ludovic Orban, a affirmé que «Băsescu commandait et Boc exécutait », ajoutant qu’il n’y aurait rien de plus normal pour tout vrai libéral roumain.

Ce nouvel accord partisan n’est pas accueilli favorablement par tous les membres du PLD et du PD. Certains libéraux démocrates ont même dit qu’ils quitteraient le nouveau parti pour rejoindre le PNL. Déjà quatre membres du PLD de Vâlcea, vingt membres de l’organisation Pâtrăuti (Suceava) et des membres de la branche Bistret (Doli) ont choisi cette voie.

L’introduction du vote uninominal est un autre facteur d’incitation à la fusion. Si cette disposition est adoptée, les partis auraient davantage intérêt à fusionner qu’à former des coalitions – il faut avoir à l’esprit qu’un seul candidat peut se présenter au niveau des circonscriptions et que, si les deux partis venait à présenter leur candidats séparément, ils se subtiliseraient mutuellement les votes.

Faut-il voir ceci comme un geste cavalier ou comme une stratégie efficace ? Nous aurons la réponse après les élections de 2008, après la désignation du vainqueur.

Author: Bătrân BogdanTranslation: Gheorghe Sturzu : http://bucharest.cafebabel.com/en/post/2007/12/14/PDL-noul-partid-prezidenial

Traduction : Sophie Helbert