Pas de préservatifs pour l'Afrique ?

Article publié le 18 mars 2009
Article publié le 18 mars 2009

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Le pape Benoît XVI a débuté mardi son voyage en Afrique. La presse européenne critique l'une de ses déclarations : selon lui, la distribution de préservatifs ne résoudrait pas le problème de l’épidémie de sida, pire, elle ne ferait que l'aggraver.

La Repubblica - Italie

Le quotidien progressiste de gauche La Repubblica critique sévèrement les déclarations du pape. « Le pape a certainement raison en indiquant qu'on n'enrayera pas l'épidémie en distribuant des préservatifs et en demandant le traitement gratuit des malades du sida. Mais ajouter que les préservatifs aggravent le problème semble être, par contre, une assertion assez douteuse. N'est-ce pas la barrière mécanique qui protège les femmes et empêche la transmission du VIH ? (…) La dureté cruelle et inhumaine de l'Eglise, qui menace de frapper d'excommunication une fille brésilienne et les médecins qui lui ont sauvé la vie en pratiquant un avortement, n'est pas un bel exemple de compassion de l'Eglise à l'égard de la souffrance humaine. L'âme d'une fille brésilienne ou celle d'une femme camerounaise ont moins d'importance aux yeux de l'Eglise que celles d'un évêque antisémite et d'un négationniste. » 

(18.03.2009) 

Süddeutsche Zeitung - Allemagne

Le quotidien progressiste de gauche Süddeutsche Zeitung estime que l'interdiction de l'Eglise contre l'utilisation des préservatifs est une erreur. « Le pape a raison même si cela dérange beaucoup de critiques notoires de l'Eglise. La victoire contre le sida, un des fléaux de l'Afrique, ne se remportera pas en distribuant le plus de préservatifs au plus grand nombre de personnes possible. (…) Mais les catholiques fidèles au pape n'ont pour autant aucune raison de triompher ; en effet, le pape Benoît XVI commet une erreur en restant attaché à l'interdiction catholique contre le préservatif. (…) Il n'est pas possible de contrôler la sexualité en promulguant des encycliques. Cela fait si peur au pape que le principe en lui-même est pour lui plus important que le rapprochement entre les êtres humains : les préservatifs restent du domaine du diable, quoi qu'il advienne. Et ensuite tout le monde rediscute de la capote, s'indigne ou s'emporte et tout ce que l'Eglise catholique aurait à dire sur l'amour, la responsabilité et le partenariat, s'écroule. » 

(18.03.2009) 

The Times - Royaume-Uni

(serenitee2008/flickr)Le quotidien The Times qualifie le discours papal « de menace du système de santé. Le Vatican continue d'entraver les programmes contre le sida de deux manières. Il tente d'empêcher les services médicaux catholiques de l'Etat de distribuer des préservatifs. Et il donne de faux arguments minimisant l'efficacité prouvée des préservatifs en réduisant les chiffres concernant les personnes malades. Le pape Benoît XVI a montré dans certains domaines son habileté au jugement. (…) Mais de nombreux catholiques croyants sont convaincus que le Vatican doit modifier sa position en ce qui concerne le sida. Ils ont raison. La science a observé, prouvé et démontré l'efficacité des préservatifs qui permettent d'empêcher la propagation du sida. »

(18.03.2009) 

Jornal de Notícias - Portugal

« Le souverain pontife s'obstine à mener l'Eglise catholique sur un chemin rétrograde », estime le quotidien Jornal de Notícias. « Le pape Benoît XVI peut exiger ce qu'il veut des catholiques. Qui veut le suivre, peut le faire. Mais lorsqu'il s'adresse au monde entier - croyants et non-croyants - et surtout à un continent où vivent de nombreux malades du sida, il ne peut pas ignorer que l'utilisation de préservatifs peut aider à lutter contre l'épidémie de sida. Naturellement, l'abstinence sexuelle serait la meilleure solution, mais même le souverain pontife ne croit pas à cette recommandation. Celui ci ne peut pas être hypocrite en ce qui concerne le sida. Mais l'Eglise ne devrait pas non plus tolérer les négationnistes, et c'est pourtant ce qu'elle fait. »

(18.03.2009) 

ABC - Espagne

Le quotidien conservateur ABC salue la visite du pape dans plusieurs pays africains : « Le continent noir est le territoire dans lequel l'Eglise s'est développée le plus rapidement, avec plus de 140 millions de nouveaux fidèles en un siècle. L'expansion des idéologies révolutionnaires ou des doctrines fondamentalistes entrave la paix et le développement, aussi le renforcement du catholicisme est-il une bonne nouvelle dans la lutte contre les maux endémiques de cet immense espace. C'est pourquoi le pape apporte du réconfort à des milliers de malades du sida ou de la lèpre, et soutient les fonctions pastorales de tant de prêtres qui effectuent leur mission dans des conditions objectivement très difficiles. »

(18.03.2009)