Parlez-vous nonistien ?

Article publié le 30 juillet 2008
Publié par la communauté
Article publié le 30 juillet 2008
Avec le déferlement exceptionnel de commentaires sur un précédant article, l'occasion a été donnée de découvrir quelques échantillons de prose "anti"-constitution et anti-UE particulièrement hermétique au non initié. Cette modeste introduction vous permettra, espérons le , de mieux saisir toute la subtilité de ce nouveau langage.
Elle ne prétend pas bien entendu à l'exhaustivité, mais devrait néanmoins vous permettre de commencer à pratiquer "l'antitout" assez rapidement et vous faire ainsi de nouveaux amis.

Principaux éléments du champs lexical

- ultra ( ou neo) libéral : péjoratif. Se dit de tout évènement, politique ou personne qui vous apparait négatif ou en désaccord avec vous. Attention, "libéral" ne suffit pourtant pas. Toujours préférer la forme superlative de ultra-libéral au simple "libéral".

- technocrate : à ne pas confondre avec les geeks fans de ipods et de iphone. Attention, un technocrate ne peut jamais être qualifié de "libéral" ou "ultralibéral". En tout cas, cette association n'a jamais été observée. Peut être parce que technocrate est déjà un terme suffisamment insultant.

- Bruxelles: ville hideuse, car défigurée par les technocrates ( voir précédemment), siège lointain des "élites"

- Lobbie : totalement inconnus en france, les lobbies sont tous à Bruxelles.

- anglosaxon : voir libéral

- Diktat : mot affreux issu d'une langue barbare. Très prisé quelque soit l'orientation politique de "l'anti" pour décrire les prises de décision de l'UE au parlement ou au conseil des ministres.

Ex de Devilliers : " le Diktat de Bruxelles"

- "à la botte de", "à la solde de", "aux ordres de" : voir Diktat. Peut vous permettre d'éviter les redondances

ex : "le diktat de Bruxelles à la botte des technocrates"

- élite : synonyme de technocrate. Attention, certaines "élites" peuvent quand même désormais être dans le "bon" camps (Fabius, NDA...)

- les paysans : ils souffrent, c'est bien connu, à cause de l'Europe.

- les pêcheurs: voir paysans

- les camionneurs : voir pêcheurs

- concurrence : politique "libérale" des technocrates qui a eut pour conséquence de faire fondre dramatiquement le prix des telecomunications, des transports aériens, et bientôt, des envois postaux. Attention : l'exact contraire de la concurrence est le monopole, mais ce terme est très peu utilisé.

080227_concurrence_550.jpg ci-contre: 'La libre concurrence empêche les capitalistes de s'entendre sur les prix. Et c'est très mal, bien sur

- l'euro : monnaie réalisée par les technocrates en vue d'appauvrir tout le monde. On se demande pourquoi ils sont si méchants, mais c'est pourtant bien le cas.

- référendum : la voix du peuple, qui dis "non". Sauf lorsque le peuple dis oui, ce qui dans ce cas est la faute du complot des élites et des ultraliberaux et des technocrates ( voir termes associés)

- Service public : très souvent confondu avec entreprise publique. Les services publics, reconnus explicitement dans la défunte constitution, ne le sont plus dans le nouveau traité qui en constitue le plan B.

- Peuple : Souvent utilisé en épithète , quelque soit l'orientation politique, pour opposer l'europe existante (et mauvaise) à une Europe idéale). Toujours au pluriel dans ce cas ( il n'y a pas d'europe "DU" peuple)

'Ex de Le Pen : Moi je suis pour une Europe DES peuples

- libertaire : comme libéral, tout ce qui contient le mot liberté est désormais à considérer avec la plus grande précaution. Le libertaire, issu de mai 68, pour des raisons mystérieuses, est le plus "libéral" de tous. La preuve, ils n'a même plus de cheveux longs et encore moins de sandales. Méfiez vous tout de même si vous rencontrez un libertaire qui a encore des sandales et les cheveux longs.

- la france : rien à dire. Utiliser le moins possible, c'est hors sujet, même si elle fait partie de l'UE et qu'elle en est l'un des principaux pilotes au Conseil des ministres. La France, telle la main innocente qui saisi le mauvais numéro n'est responsable de rien. il n'y a bien sur aucun technocrate, lobbie, ni aucun libéral en france.

le style:

- Règle générale : ne vous embarrassez de règles. Ou plutôt si, d'une seule, l'accumulation. N'ayez pas peur, peu importe si les verbes sautent au passage, accumulez les "références" du champs lexical précédemment évoqué. Au plus vous en utilisez, au mieux c'est.

- ne faites pas dans la demi-mesure : c'est tout ou rien. Ne cherchez pas à savoir comment parvenir à un objectif, si tant est que vous en ayez défini un, ce qui est fortement déconseillé. Peu importe la géopolitique, le fait qu'il existe d'autres régions du monde que l'europe beaucoup moins tendres que la notre, ni qu'il existe des états en Europe qui s'opposeraient au processus que vous décrivez. Nous ne le répèterons jamais assez: tout ou rien. Même et surtout si c'est rien.

- de la même manière, votre argumentation doit être "ma-xi-mi-sante" : l'europe doit tout faire sur tout. Exemple

L'europe ne fait rien pour les personnes de petites tailles bisexuelle ? Je vote non.

L'europe ne fait rien pour promouvoir l'interdiction des combats de singes en banlieue " ? je vote contre.

2270355131_78e9922795.jpg Ci-contre, affiche d'attac : la constitution ne dis rien sur la prostitution ? je votre contre

De la même manière, ne reconnaissez surtout absolument rien de positif dans la construction européenne. On ne le répètera jamais assez. A la limite reconnaissez la vertu d'une coopération du type airbus, mais c'est déconseillé, votre discours perdrait en vigueur, et votre interlocuteur pourrait tourner cela à son avantage.

- ne vous embarrassez pas de détails : pas d'argumentation, contentez vous d'énoncer et d'utiliser le champs lexical. Au pire citez des économistes réputés " antilibéraux", leur seul nom suffit. Il existe, comme avec le label rouge pour les saucissons, un label "antiliberal" garantissant zéro % de libéralisme chez un individu ou un économiste. Vérifiez bien que votre économiste porte ce label de qualité avant de le citer.

-saupoudrez de références "engagées" : Prevert, Audiard, Marx, les teletubbies...ça fera cultivé, et ça LUI montera la valeur de votre argumentation. Mais le plus apprécié est quand même en conclusion une injonction du style " hasta la victoria siempre". ça fait classe, et ça signe. A éviter quand même si on est d'extrême droite, ça jure. Dans ce cas, un petit jeu de mot antisémite à la Lepen ou à la Berlusconi fait toujours son petit effet.

- faites feu de tout bois : peu importe votre sensibilité politique. Ne perdez surtout pas de temps à réfléchir, le temps joue contre vous. Pensez à ce que vous craignez le plus ( les turcs, l'avortement, les banquiers, votre belle-mère...) et lâchez vous

Si vous (catholique irlandais) êtes contre l'avortement, l'europe est pour !

Si vous ( français athée) êtes pour, c'est que l'europe est contre !

Simple et efficace. J'aimerais voir la tête que va faire votre européiste béat. et toc.

Villiers2.jpg On a tous une bonne raison de voter non, comme le dit lui même Devilliers ( réalisé sans trucages!)

- Soyez vigilant ! : L'européiste aveugle et sourd à la voix des peuples que vous portez avec courage va essayer de vous embrouiller avec ses trucs économiques ! Comme Ulysse avec les sirènes, il est recommandé de vous munir de cire épaisse et de vous boucher les conduits auditifs. Ne sous-estimez pas le danger, car si par malheur vous commenciez à rentrer dans ces considérations, cela pourrait signer votre perte. Dans ce cas, une formule simple peut encore vous sortir d'affaire , pensez à la garder sous le coude : " toi tu sais tout mieux que - placer ici l'économiste que vous avez cité, garanti 100 % sans libéralisme- "

- Vous êtes à court d'arguments ? : cela peut arriver, ne paniquez pas. Il est temps de sortir le jocker "complot". Votre piteux Europeiste est "manipulé", tout naïf qu'il est, l'ignorant. Rappelez lui que les technocrates complotent dans son dos depuis la fondation de la CEE ! Les médias, bien sur , eux aussi, sont à leur "solde". Dans la foulée, s'il montre une résistance, révélez lui, à ce pauvre hère, que les américains ne sont jamais allés sur la lune contrairement à ce que prétend leur propagande ridicule, et que, malgré ce qu'ON lui dit, Claude François est toujours vivant (la preuve ici).

Enfin, n'oubliez jamais, au grand jamais, que le peuple est à vos cotés. Il ne s'agit pas, bien sur de l'élection présidentielle française de Chirac avec Lepen au second tour ( avant), ni de celle de Sarkozy (après) qui ne sont évidemment que des exceptions, mais du référendum de 2005 qui a clairement montré à quel point les français étaient de généreux progressistes.

Hasta la victoria, siempre, y vamos a la playa.

Références

- dessin humoristique sur la concurrence de http://www.debateco.fr

- affiche d'ATTAC pour le non a la constitution

- Affiche de Philippe Devilliers pour le non à la constitution

- la prose "anti" , dont un échantillon a été gracieusement déposé en commentaires de cet article

- voir aussi l'article Gallerie des euro-horreurs, qui decrit la même chose, en images