Paris et la création artistique arabe

Article publié le 6 juillet 2015
Article publié le 6 juillet 2015

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

NOUS AVONS PU OBSERVER DANS LA DERNIÈRE DÉCENNIE EN FRANCE, ET TOUT PARTICULIÈREMENT À PARIS, UN PHÉNOMÈNE CONTRADICTOIRE DE PROMOTION DE LA NOUVELLE SCÈNE ARTISTIQUE ARABE, EN MÊME TEMPS QU’UNE CRISTALLISATION DES PEURS ET D’AUTOCENSURE DANS LA CRÉATION ARTISTIQUE ET SON EXPOSITION             LA MULTIPLICATION D’ÉVÉNEMENT CULTURELS PARISIENS QUI ONT DONNÉ À VOIR LA VITALITÉ DE LA CULTURE D’EXPRESSION ARABE PROUVE L’INTÉRÊT CROISSANT DU PUBLIC : ON PENSE ENTRE AUTRES À LA DERNIÈRE SAISON CULTURELLE DE LA VILLE DE PARIS SUR LE MAROC (INSTITUT DU MONDE ARABE, GAÎTÉ LYRIQUE, INSTITUT DES CULTURES D’ISLAM, ETC.), À LA CÉLÉBRATION DES 50 ANS DE L’INDÉPENDANCE ALGÉRIENNE EN 2012, À L’INAUGURATION DU DÉPARTEMENT DÉDIÉ AUX ARTS DE L’ISLAM AU LOUVRE ET DE LA GALERIE IMANE FARÈS, ET AUX NOMBREUX FESTIVALS QUI METTENT EN AVANT L’HISTOIRE ET LES PRATIQUES SOCIALES QUI ONT COURS DANS LE MONDE ARABE  (« PÈLERINAGE EN DÉCALAGE », LA BELLEVILLOISE, MAI 2014 ; « LES VEILLÉES DU RAMADAN », THÉÂTRE DU CHÂTELET, ETC.)             OR, CE REGAIN D’INTÉRÊT PREND PLACE À UN MOMENT OÙ LE REGARD DU MONDE ENTIER EST TOURNÉ VERS LE MONDE ARABE, SUR FOND DE MENACE TERRORISTE, DE FANTASMES ET DE STÉRÉOTYPES, FREINS MANIFESTES À LA CULTURE. BIEN QUE L’ON ASSISTE À UNE INTENSIFICATION BIEN RÉELLE DU FAIT RELIGIEUX POLITISÉ MUSULMAN, LA MAJORITÉ DES FIDÈLES SOUFFRENT À L’ÉVIDENCE DES ATTENTATS QUI SE REVENDIQUENT DE L’ISLAM. DANS CE CONTEXTE, TOUTES LES ACTIONS CULTURELLES, PÉDAGOGIQUES ET SCIENTIFIQUES QUI PEUVENT AIDER À MIEUX COMPRENDRE LES NOUVEAUX RAPPORTS DE FORCE GÉOSTRATÉGIQUES, ET À APPRÉHENDER DIFFÉREMMENT LES CULTURES D’ISLAM DANS LEUR DIVERSITÉ, SONT DES INITIATIVES FAVORABLES ET BIENVENUES.             LA MÉDIATION CULTURELLE PREND ICI TOUT SON SENS, ET DOIT AVOIR POUR SOCLE LA MISE EN ŒUVRE RÉGULIÈRE DE NOUVEAUX SUPPORTS, EN PHASE AVEC LES ENJEUX GÉOPOLITIQUES ET LES MUTATIONS DE L’INDUSTRIE CULTURELLE, DANS LE BUT D’ÉLARGIR LA COMPRÉHENSION DES PUBLICS DANS LEURS INDIVIDUALITÉS. CES OUTILS DOIVENT ÊTRE ADAPTÉS, INVENTIFS ET SURTOUT DÉCOMPLEXÉS FACE AUX ENJEUX ÉCONOMIQUES ET INTERCULTURELS DANS LESQUELS ÉVOLUE NOTRE GÉNÉRATION, ET DOIVENT ENGAGER UN TRAVAIL D’ÉDUCATION À LA CULTURE ARABE ET À SES DYNAMIQUES ARTISTIQUES DANS TOUTE LEUR RICHESSE. LES STRUCTURES TENDENT POURTANT BIEN SOUVENT ET PARADOXALEMENT VERS UNE APPROCHE PROTECTRICE ET CRAINTIVE DE L’OFFENSE : PAR EXEMPLE, L’INSTALLATION « SILENCE » DE ZOULIKHA BOUABDELLAH (EXPOSITION « FEMINA », CLICHY-LA-GARENNE, MARS 2015), A FAILLI ÊTRE SUPPRIMÉE APRÈS LA PLAINTE DE LA FÉDÉRATION DES ASSOCIATIONS MUSULMANES DE CLICHY. DANS LE MÊME ORDRE D’IDÉES, L’ÉTRANGE DÉPROGRAMMATION À VILLIERS-SUR-MARNE DU FILM « TIMBUKTU » D'ABDERRAHMANE SISSAKO, PAR CRAINTE D'UNE APOLOGIE DU TERRORISME. L’OBJECTIF DU FILM VA POURTANT À SON ENCONTRE. NOUS SOMMES ICI FACE À UNE POSITION PARADOXALE : IL S’AGIT DE DONNER À VOIR L’INTENSITÉ DE CETTE CULTURE LONGTEMPS NÉGLIGÉE, DE SUSCITER LA RÉFLEXION SUR LA CRÉATION DANS LE MONDE ARABE CONTEMPORAIN, SANS POUR AUTANT RÉDUIRE LES PRODUCTIONS PAR PEUR DE LA CONFRONTATION. POURQUOI AVOIR ATTENDU UN CONTEXTE POLITIQUE PROPICE, À SAVOIR LES RÉVOLTES DU PRINTEMPS 2011, POUR SE PLONGER DANS LA REDÉCOUVERTE DE LA CIVILISATION ARABO-ISLAMIQUE ? POURQUOI AVOIR ATTENDU LA MONTÉE DES INCOMPRÉHENSIONS FACE AUX VIOLENCES PERPÉTRÉES AU NOM DU DJIHAD POUR DIFFUSER LES ARTS CONTEMPORAINS ET LES CRÉATIONS DU MAGHREB ET DU MOYEN-ORIENT ET S’INTÉRESSER AUX THÈMES FONDAMENTAUX EXPOSÉS DANS LES ŒUVRES ORIGINAIRES DU MONDE ARABE, TELS QUE LA DÉMOCRATIE, LA PLACE DE LA FEMME DANS LA SOCIÉTÉ, L’ÉGALITÉ CIVILE, LA DÉSACRALISATION DES MŒURS  ? QUELLES SONT LES VARIABLES QUI PEUVENT EXPLIQUER L’IMPLICATION POLITIQUE ET LES STRATÉGIES D’ADAPTATION MISES EN ŒUVRES PAR LES STRUCTURES CULTURELLES ? QU’EN EST-IL ALORS DE L’INTERACTION SOCIALE, DE L’ÉCHANGE ET DE LA REMISE EN QUESTION, SOCLES MÊME DE LA MÉDIATION, QUAND UN PARTI PRIS STRATÉGIQUE DICTE DES LIGNES DE CONDUITE ? À QUELLES CONTRAINTES LES ACTEURS DE LA MÉDIATION CULTURELLE DOIVENT ILS SE PLIER QUAND LES BOULEVERSEMENTS POLITIQUES ET SOCIAUX ÉBRANLENT LES CADRES DE RÉFÉRENCES DES PUBLICS ? PAR AILLEURS, J’AIMERAIS POSER UNE QUESTION INTRINSÈQUEMENT LIÉE À CELLE DE LA PROGRAMMATION CULTURELLE : COMMENT APPRÉHENDER LE LIEN AMBIVALENT ENTRE L’ARTISTE ET L’INSTITUTION, ET LES MÉCANISMES INTERPERSONNELS D’ADAPTATION, D’OBÉISSANCE, OU DE FRUSTRATION ET D’OPPOSITION QUI PEUVENT INTERVENIR QUAND LES MOUVEMENTS MÉDIATIQUES INFUSENT L’ESPACE PUBLIC ? COMMENT EMPÊCHER LES PUBLICS D’ÉTABLIR UN LIEN DE CAUSE À EFFET ENTRE LES SOULÈVEMENTS POLITIQUES DANS LE MONDE ARABE ET L’ARDEUR DE LA CRÉATION ISSUE DE CETTE AIRE GÉO CULTURELLE.