Palmarès des mots européens de l'année 2011

Article publié le 21 décembre 2011
Article publié le 21 décembre 2011
Alors que les lexicographes anglais, allemand, français et espagnols ont publié la liste parfois farfelue des « mots de l'année », nous avons pris la liberté de leur donner une note allant de 1 à 10 et de vous révéler notre sélection.

« Squeezed middle », Royaume-Uni

Note : 5/10, peut mieux faire (en maths).

Soit les Anglais se sont sentis un peu trop enthousiastes, soit ils ne savent pas compter : leur mot de l'année en compte deux. Non, « squeezed in the middle » ne fait pas référence à un retour à la mode des corsets. La phrase, inventée par le leader de l'opposition, Ed Miliband, désigne la classe sociale sensée être la plus affectée par l'inflation, le gèle des salaires et les réductions des dépenses gouvernementales. C'est grâce à son usage répété tout au long de l'année qu'elle a conquis le cœur des membres du Oxford English dictionnary.

« Attachiant », France

Note : 8/10, fait preuve de créativité.

Alors que les Anglais et les Allemands penchent pour des mots « pertinents », les Français soutiennent la création de nouveaux mots. Inventé dans les années 70, « attachiant » désigne une personne difficile à vivre mais néanmoins irremplaçable. Pourrait-on supposer que le mot, voté mot de l'année au festival XYZ, ait été inventé à l'intention tout particulière du président et jeune papa Nicolas Sarkozy ? Seul le temps et les élections présidentielles de 2012 nous le diront.

« Stresstest », Allemagne

Note : 9/10, bonne capacité de multi-tasking.

Le mot allemand de l'année, désigné par la société de la langue allemande (la Gesellschaft für deutsche Sprache, ou GfdS) est un autre terme politique qui désigne un test « à haute pression » et parvient à faire référence à trois histoires d'un seul coup (et ce en un mot allemand, alors qu’il est composé de deux mots anglais). Mais qui a bien pu être l'objet de « Stresstest » en Allemagne en 2011 ? Les banques, les centrales nucléaires et les projets tels que la station Stuttgard 21.

« Querétaro », Spanish

Note : 10/10, goût prononcé pour l'esthétisme. Les Espagnols ont tout simplement quitté le continent européen et se dirigent en masse vers la ville mexicaine de Querétaro. Parce que c'est beau. Ou parce que l'institut Cervantes en a décidé ainsi.

Les Espagnols, Italiens et Polonais à qui nous avons posé la question s'accordent à dire que leur mot de l'année est « indigné », en référence au mouvement qui a secoué le continent cette année. De leur côté, les Allemands et les Anglais proposent des mots-valises politiques comme mot de l'année: Merkozy (contraction de la chancelière allemande, Angela Merkel, et président français, Nicolas Sarkozy) et Clammeron (du leader de la coalition anglaise, David Cameron, et son député, Nick Clegg), bien que le dernier puisse aussi être un mot-valise composé de « clamour » (clameur) et de « moron » (idiot).

Photos : Une © Henning Studte; Text (cc) Noukka Signe/ flickr