Palermo Pride 2016, le triomphe des couleurs contre la peur

Article publié le 20 juin 2016
Article publié le 20 juin 2016

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

La Palermo Pride 2016 a été un succès. Parce-qu'une fois encore les couleurs, le courage et l'imagination l'ont emporté sur la peur et la consternation post-Orlando. Nous avons décidé de raconter en images les différents aspects d'un événement qui, depuis sept ans, change le visage de Palerme.

«Migrer est humain - Identité en attente de jugement." Cette année, le thème central ne pouvait être que la migration, qui dans l'esprit des organisateurs de la Palermo Pride signifie déplacement entre les frontières géographiques et les sexes. Puis, il y eu la tragédie d'Orlando, la plaie toujours ouverte qui n'effraie pas ceux qui, chaque jour, se battent pour le droit à la famille et l'adoption et contre l'homophobie qui a armé le fusil d'Omar Mateen, ce soir tragique au Pulse. La Palermo Pride 2016 était peut-être plus «sobre» que les autres éditions, mais encore une fois le courage l'a emporté sur la peur. Voici un récit en images du septième défilé qui a envahi le centre-ville.

Des milliers de personnes, dont de nombreux jeunes, ont suivi les 10 chars de la manifestation qui ont fait le tour du centre de Palerme pour terminer le parcours à la "Casa Pride", dans le complexe monumental du Castello a Mare. C'est là qu'a commencé la fête officielle qui, selon les organisateurs, devait «reproduire la même atmosphère de joie et de fête" qu'à la discothèque Pulse d' Orlando, avant le massacre.

Les Drag Queen avec leurs habits voyants et soignés dans les moindres détails sont un symbole de la manifestation. 

Cette fois encore, la Pride est le triomphe des couleurs et de l'imagination des jeunes. Parmi les milliers de participants, on peut dire que l'endroit leur appartient.

Parmi les participants, il n'y pas que la population Lgbt. Il y a également de très nombreux visages de jeunes gens qui appuient la bataille pour les droits civils.

«Cette manifestation est pour tout le monde: les femmes, les travailleurs, les étudiants, les travailleurs temporaires, les chômeurs, les migrants.  Il n'y a pas de batailles isolées pour les droits", a déclaré le président de la Coordination de la Palerme Pride, Massimo Milani. "La Pride continue d'être la plus politique des manifestations et elle est absolument nécessaire dans un pays qui est fortement machiste et sexiste, et qui a peur du sexe. Les exemples de brimades et de féminicide (également trans) toujours plus nombreux le confirment", a ajouté l'ancienne marraine de la manifestation qui cette année a passé le relais , Stefania Pecchini première femme policière transexuelle d'Italie.

En tête de cortège, le char de la Coordination de la Palermo Pride. Ensuite, les neufs autres ont suivi le défilé : le char de l'Arci Palermo avec le Forum anti-raciste et le Mediterraneo anti-raciste,  puis ceux de Uniamoci Onlus, Udu avec les Studenti Medi, Exit et I love Tuesday, Crispies et Guerrilla Gardening, Tacchi a Spillo, Radio tv Azzura et Anirbas, Popshock et Countryclub, Designlab avec Vespacafè et GPParrucchieri. 

 

Créé avec flickr slideshow.

La carte postale finale de Palerme est un baiser de la liberté.