P-Lux, manège enchanté du style européen

Article publié le 25 juin 2012
Article publié le 25 juin 2012
Fruit de la créativité et de l’initiative de deux jeunes amis, une nouvelle marque est née à Bruxelles. Son but ? Sensibiliser les jeunes quant à l’Europe. La formule prétend associer un design attractif à un produit de qualité. Et le résultat, c’est l’histoire de P-Lux, la marque de la jeune élite bruxelloise.

Si quelqu’un m’avait mentionné P-Lux il y a un mois, j’aurais sans doute pensé à une loge maçonnique élitiste et mystérieuse encore active dans la capitale belge. Mais aujourd’hui, un mois après avoir débarqué dans la bulle européenne de Bruxelles, ce nom me parle. En fait, P-Lux semble familier à tous les jeunes qui viennent à Bruxelles pour travailler auprès des institutions européennes et qui, le jeudi soir, se retrouvent au QG de la haute société made in UE : le verre Place du Luxembourg.

Pour casser le stéréotype qu’ils ont eux-mêmes véhiculé, Charlélie et Gauthier, les créateurs de P-Lux, me donnent rendez-vous à une terrasse dans le quartier de Saint-Gilles, loin (dans les manières et dans l'espace) de l’eurobulle de la Place du Luxembourg. Gauthier est en tenue de bureau, tandis que Charlélie, le créatif du duo, porte fièrement un t-shirt P-Lux. On commence tout de suite à discuter et, pour mieux m’expliquer le concept, Charlelie me montre quelques brochures de pub pour la campagne. « Ces t-shirts-ci, qui font référence à Maastricht et à Lisbonne, reprennent l’idée des gadgets des universités. Certaines personnes achètent le t-shirt de Harvard sans même y être allées, simplement parce qu’elles le trouvent beau. On propose un t-shirt tout aussi beau, mais qui en plus, rappelle certaines étapes cruciales de la construction de l'Union européenne. Pour nous, c’est une façon nouvelle et sympa de parler de l'Europe. »

« On a utilisé les médias sociaux pour demander conseil sur le design. »

Charlélie et Gauthier savent bien que rendre les jeunes enthousiastes via l’Europe est un véritable défi. « Notre génération a fait l'expérience du programme Erasmus, mais peu de personnes se rendent compte que, sans une Europe unie, on n’aurait pas pu profiter d’une telle opportunité. On a donc longuement réfléchi à un projet qui permettrait de rendre l’Europe plus attrayante aux yeux de notre génération. Et c’est ainsi qu’on a eu l’idée du t-shirt. »

D’où vient cette idée ?

Bien que la campagne de communication ait seulement été lancée le 9 mai dernier à l'occasion de la Journée de l'Europe, l'idée de P-Lux remonte au temps où Charlélie et Gauthier suivaient le cours d’études européennes à Strasbourg. « On devait concevoir une campagne de communication pour les élections européennes de 2009. Ça a vraiment été le projet le plus intéressant de tout le cours. On avait énormément travaillé. L'Europe, c’est un projet dans lequel on croit vraiment. » Quelques mois plus tard, les deux garçons se sont retrouvés à Bruxelles, et c’est justement ici que le projet de P-Lux a pris forme. « En travaillant au sein des institutions européennes, on s’est rendus compte à quel point l'Europe était peu connue. Même ceux qui travaillent auprès des institutions ne vont pas voter régulièrement aux élections européennes, voire sont incapables de reconnaître Robert Schuman en photo… On a senti le besoin de parler de l’Europe d’une nouvelle façon, plus adaptée aux jeunes. »

Un modèle participatif

Les t-shirts T-Lux, 100% en coton indien, tissés en Suède et imprimés à Berlin, sont garantis « children labour free » et sont vendus par une plateforme de crowdfunding. Ce système permet de financer le projet par l’intermédiaire d’une sorte de « collecte » en ligne. Les deux créateurs se sont donnés trente jours pour récolter la somme fixée qui permettra de porter le projet en avant et d’imprimer la première série de t-shirts. Le choix du crowdfunding n'est pas un hasard. « P-Lux a pour but de captiver les jeunes en utilisant aussi un langage et un style plus adaptés aux nouvelles générations. Au cours de la phase de conception des t-shirts, par exemple, on a utilisé les médias sociaux pour demander conseil sur le design et le tissu du t-shirt, ce qui a permis à pas mal de personnes de participer. »

Do you P-Lux tonight ?

L’ayant vécue en personne, Charlélie et Gauthier semblent bien connaître les mécanismes qui régulent l'expérience européenne des jeunes expatriés : « Quand on étudie, on a des idées et de l'enthousiasme. Et puis on arrive à Bruxelles, où l’on se trouve épuisé par la concurrence. Pour ceux qui se risquent à rester, à travailler une fois un emploi en poche, souvent la passion s’est déjà endormie depuis longtemps. P-Lux donne un coup de fouet, de la vivacité et de la légèreté à l’image de l’Europe institutionnelle. On souhaite transmettre un message européen plus créatif et captivant. Pour cela, on a attaché une grande importance au design et à la qualité des tissus. On veut que les t-shirts P-Lux puissent être portés par tout le monde sans aucune étiquette politique ou institutionnelle. »

P-Lux a maintenant lancé son défi : trente jours pour atteindre les 5000€ qui leur permettront de mettre le projet en œuvre. Après avoir souhaité bonne chance à Gauthier et Charlélie, je les salue. Alors que je m'éloigne du bar et des gens qui y sirotent leur verre, je me dis « j’espère seulement que l'Europe ne se noie pas dans un Martini dry, le jeudi soir, place Lux… »

Toutes les photos : © P Lux. Video: Place Lux/youtube.