Ouille !

Article publié le 8 octobre 2008
Article publié le 8 octobre 2008
Mille milliards de mille sabords ! La bande dessinée : « aïe, aïe, aïe… » Pour les fins connaisseurs, la bande dessinée est née précisément le 16 février 1896, jour où le New York Journal publie pour la première fois le « comic trip »The Yellow Kid.
L’auteur de ce « cartoon » imagine des bulles©Julie de textes, directement intégrées dans les vignettes, pour faire parler le petit personnage. En Espagne, ce qu’on appelle pompeusement « phylactères » en français, devient « bocadillos »©Pedro. Mais personne, bien sûr, ne dévore ces « sandwichs ». En Italie, alors qu’il se fait une bonne BD, le lecteur suit les dialogues dans des « fumetti »©Francesca, qui selon les transalpins, ressemblent plus à des nuages de fumée qu’à des bulles de savons dans lesquelles on aurait mis des mots (« sprechblase »©Katha en allemand).

Dans l’art dessiné à la mine de plomb, les onomatopées ne sont pas en reste. Niveau traduction, il y a de quoi se faire les pieds. Prenons, par exemple, une BD espagnole, Mortadelo et Filemón, qui met en scène un bébé très bruyant… Un simple « ouainh » se décline alors dans toutes les langues : « Waaaaahh », disent les Anglais, « Buaaaaahh »©Fernando, enchaînent les Espagnols, « Buuuuuuu », poursuivent les Polonais, et « Ueueueeee »©Francesca, hurlent encore les petits Italiens en culotte courte. 

Enfin, heureusement, les super héros sont là aussi pour mettre une bonne rouste quand cela devient nécessaire. Les Anglais usant du « Pow ! »©Nabeelahet les Espagnols du « Pum ! »©Pedro. Bon, celui qui reçoit la baffe, lui aussi, décline son mal à coup de « Autsch ! »©Katha allemand, ou de « Ouille ! »©Janefrançais. Quant au Polonais, ils s’en remettent à Dieu : « Ala ! », crie-t-il en cas de bosse. Attention ! Cet article risque de s’autodétruire dans 5 secondes. Cinq…quatre…trois…deux…un … « Boom ! »©Nabeelah(en anglais), « Puff ! »©Ole (en allemand), et « Bam ! »©Fernando(en espagnol).