Opération séduction en perfide Albion

Article publié le 16 avril 2008
Publié par la communauté
Article publié le 16 avril 2008
C’était le coup de poker de Sarkozy, la visite d’Etat au Royaume Uni devait être somptueuse pour faire oublier les nombreux dérapages de ces derniers mois. Opération réussie. Dans une certaine mesure... Le président bling-bling à Windsor Les relations franco-britanniques ont toujours été caractérisées par un respect mutuel où les distances de sécurité restaient soigneusement respectées.
L’entente cordiale de 1904 résumait d’ailleurs parfaitement la situation. Il fallait bien ménager son voisin et lui montrer ses hommages tout vulgaire et désagréable qu’on puisse le trouver.

Le président bling-bling a tenté d’effacer ce sentiment et s’est prêté avec maestria à l’exercice du banquet royal, vêtu d’un costume digne du prince Albert tandis que Carla jouait à merveille son nouveau rôle de “Jackie O”. Il a rendu hommage lors de son discours à ses frères d’armes britanniques et a salué la réussite économique du Royaume. Le protocole a été observé à la lettre par le couple, faisant oublier les fautes de goût de Bernadette et autres dérapages gaulois habituels. Pas une fausse note pendant la cérémonie en grande pompe à Windsor et la presse anglaise est baba.

C’est même Gordon Brown qui s’est ridiculisé en se perdant dans le château alors que les convives attendaient. Les tabloïds se sont certes consolés en publiant une photo de Carla nue mais le président a réussi un coup de maître. Il a séduit en deux jours l’opinion... Britannique!

L’Europe dans les valises du VRP Sarkozy

Le président a donc eu toute la latitude pour sa mission VRP. En préparation de la présidence de l’UE, il avait ramené l’Europe de la défense dans ses valises. Un beau numéro d’équilibriste, alors que la France rejoindra l’OTAN, le projet d’une défense européenne renforcée est envisagé par le président comme complémentaire à l’organisation internationale. Personne n’a vraiment compris mais Gordon a eu l’air d’accord.

En arrière plan, Nicolas Sarkozy a saisi toutes les occasions pour rappeler que le Royaume Uni devait jouer en Europe tout son rôle. Malgré son insistance, peu de dents ont grincé.

“L’entente formidable”, really?

Un tel succès politique a ses raisons. La France et le Royaume Uni traversent tous deux une période délicate.

Nicolas Sarkozy, avait grand besoin de redorer son blason et d’apparaître sous les traits d’un chef d’Etat respectable. Une visite monarchique représentait un coup de poker pour le président jet-set en chute libre dans les sondages. La partie a été plutôt bien négociée, pas de gaffe, et un prestige un moment (re)trouvé. Le premier ministre britannique a pu parler “d’entente formidable”.

Les Britanniques sont de leur côté bien moroses avec un Gordon Brown sans charmes accumulant les gaffes depuis quelques mois. Surnommé Mr Bean par la presse à scandale, il peine à retrouver le faste des années Blair. Pas non plus grand chose à se mettre sous la dent avec une famille royale vieillissante et des héritiers encore trop verts. Le couple Sarko-Bruni a finalement rappelé aux Anglais leurs belles années et ce qu’ils aiment finalement par dessus tout: la parade royale désuète d’un couple de papier glacé. Deux bonnes raisons de plus pour déménager en France, elle est maintenant libérale et s’est dotée une famille royale.

Julien de Cruz