Nouvel articleConseillers des élections consulaires à Casablanca

Article publié le 16 mai 2014
Article publié le 16 mai 2014

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Les citoyens marocains et les citoyens français qui résident à Casablanca sont invités à élire cinq conseillers consulaires pour représenter les intérêts de l'Ambassade et du Consulat,  le dimanche 25 mai, au lycée Lyautey, à  Casablanca.

C'est une élection fondamentale et cruciale, car elle permet la sélection des représentants locaux des Français qui résident au Maroc. Ces élections permettent à plusieurs partis et tendances politiques de s'exprimer, ce qui montre que la République française est démocratique. En plus des partis traditionnels se présente aussi une liste indépendante pour les Français de Casablanca. Cette liste a ses racines dans la société civile, loin de toute appartenance politique.

Cette liste est composée de femmes et d'hommes qui se sont engagés et déterminés à travailler en vue d'améliorer la situation de la communauté française qui réside à Casablanca.

Leur tête de liste, Malika Barki, est la première citoyenne française d'origine marocaine à se présenter pour les élections des conseillers électoraux consulaires de Casablanca. Elle est entrée dans cette bataille avec la certitude d'être bien armée pour gagner. Cette dame est connue pour son sens du leadership et son expérience de nombreuses années dans le travail associatif. Malika voit sa candidature comme un "devoir" moral, le devoir de participer à la politique selon son propre chemin, le chemin qu'elle aura choisi à travers la participation des citoyens, et non le chemin partisan. C'est pourquoi elle prend pour emblème un slogan de dialogue et d'échange. Malika sait que ce slogan la mènera au succès, puisqu'elle a obtenus de nombreuses victoires au fil des ans grâce à l'engagement au sein de nombreuses organisations non gouvernementales avec cette même devise.

Après avoir interrogé des Français de Paris et des Français de Casablanca, on se rend compte que la plupart d'entre eux pensent que cette nouvelle liste, issue de la société civile, renforcera la démocratie et la pluralité de cette élection.