Nouveau visage de l'Islam européen

Article publié le 3 décembre 2008
Article publié le 3 décembre 2008
Article écrit par Véronique Le Guen Mardi 4 novembre après-midi, lors d'une rencontre débat dans les locaux de l'IHECS, Sami Cherif, professeur d'histoire-géographie et ancien animateur social à Argenteuil (Val d'Oise, 95, France) d'origine algérienne, analysait les nouveaux défis de l'Islam face à la construction européenne devant une assemblée de quelques 80 étudiants belges, français, roumains,
espagnols, libanais et vénézuéliens. S'il était bien question de l'essor d'un islamisme européen, le rôle des autres religions d'Europe a fait entièrement parti de l'équation, obligeant les étudiants à certaines remises en question.

source du dessin : www.philippetastet.com

Le XXIème siècle sera religieux ou ne sera pas. Cette phrase, attribuée à André Malraux, est ressortie à toutes les sauces. La suite de la citation reste pourtant presque toujours éludée. Et pourtant, Sami Cherif rappelle qu'elle a son intérêt. En effet, la suite des propos révèle que le XXIème siècle verra un déferlement de violence (...) de la part de l'islamisme , explique-t-il.

Dès le début de la conférence débat, devant quelques 80 élèves des master Journalisme et Relations Publiques et du DESS Communication et Affaires Publiques Européennes de l'IHECS, Sami Sherif, professeur d'histoire-géographie, ancien animateur social dans une banlieue francilienne dite difficile, donne le ton en s'attaquant frontalement aux idées reçues. Dans l'audience, les yeux s'écarquillent et des oreilles attentives se tendent dans un silence absolu.

Car la question est plus que jamais d'actualité. Alors que l'Islam s'impose aujourd'hui comme la deuxième religion de l'Europe, cette perception ethnocentriste exprimée par Malraux, en bon héritier des orientalistes tels Montesquieu ou Ernest Renan définissant l'Islam comme berceau du despotisme et de l'obscurantisme avec une prédisposition à la violence , a-t-elle fait place au dialogue et au respect, plus qu'à la tolérance? Rien n'est moins sûr selon Sami Cherif.

L'europe malade de son ethnocentrisme

manif islam londresAttentats du 11 septembre encore bien vifs dans les esprits, doctrine du choc des civilisations remise sur le devant de la scène par l'essayiste américain Samuel Huntington, émeutes de 2005 en France attribuées à des groupes islamistes radicaux alors que sur 330 lieux de culte répertoriés sur Paris, une vingtaine sont acquis à l'Islamisme radical, etc., la question de l'Islam en Europe est toujours vue sous le prisme de la sécurité explique le professeur. Et de faire l'inventaire malheureux des préjugés ancrés sur l'Islam circulant aujourd'hui dans les sociétés européennes. L'Islam est en effet soumis, selon Sami Cherif, à d'étranges associations d'idées : dictature, combat, antisémitisme, facisme même avec l'apparition du terme « islamo-facisme » en 1990, appliqué à l'Irak _ pourtant un régime laïc qui combat l'islamisme rappelle le professeur _, machisme et enfin razia démographique qui déferlerait sur l'Europe. Des concepts repris pourtant par des intellectuels occidentaux reconnus comme Bernard Lewis, historien inventeur de la formule du « choc des civilisations », qui affirme A la fin du siècle, l'Europe sera musulmane.

Sami Cherif jette le discrédit sur ces idées reçues, une à une. L'Europe submergée par une vague migratoire importante ? Le professeur répond : du Maroc à l’Indonésie, de la Bosnie à l’Arabie Saoudite, on est passé de 6,8 enfants par femmes (vivant dans les pays musulmans ndrl) en 1990 à 3,7 enfants seulement aujourd'hui, comme l'ont démontré le politologue français Emmanuel Todd et le démographe Youssef Courbage dans un ouvrage commun Le rendez-vous des civilisations.

L'Islam : cet inconnu si proche

Alors, l'Islam machiste? Ca se discute. Le Coran est le premier texte à reconnaître des droits d'héritage pour les femmes souligne Sami Cherif. Autre chef d'inculpation : l'Islam serait une religion du combat, de la violence. Encore une fois, les intellectuels ethnocentristes se trompent de cible. On mobilise un discours religieux qui est en fait politique explique l'orateur. On oublie que le terme djihad signifie d'abord effort sur soi, interpelle-t-il. Les partis islamistes ont renoncé à cette conquête de l'Occident soutient-il. La révolution islamiste a échoué. Les partis islamistes battus militairement en Algérie et en Egypte se sont nationalisés et ont accepté le jeu démocratique. Par ailleurs, il rappelle que, majoritairement, les conflits dans le Moyen-Orient sont territoriaux, à l'instar du conflit israëlo-palestinien, et quand il y a un conflit religieux, ce sont des guerres civiles intestines qui restent en Orient.

Dictature ? En fait, la religion constituerait le seul espace de liberté qui existe dans tous ces pays (...) vérouillés avance Sami Cherif. De plus, on assiste à une sécularisation progressive du monde musulman qualifiée de révolution culturelle majeure par le professeur.

Cette révolution est déjà manifestement en marche chez les Musulmans d'Europe, et Sami Cherif nous en donne la preuve. Les représentants de plus de quatre cents organisations et associations musulmanes d’Europe ont signé, jeudi 10 novembre à Bruxelles, la Charte des musulmans d’Europe qui vise à une meilleure intégration des musulmans à la vie de la société. Parmi 25 articles, y sont notamment affirmés le principe de laïcité comme un fait incontestable, la primauté de la citoyenneté européenne sur l'identité religieuse, la primauté de la loi nationale et européenne sur la charria, l'égalité absolue entre hommes et femmes et la condamnation inconditionnelle de l'antisémitisme.

La lente révolution de l'Islam européen

En parallèle, des théologiens musulmans tentent d'adapter Europe et Islam.Rachid Benzine par exemple, propose de faire émerger des textes coraniques un Islamisme des lumières basé sur la tolérance et les droits de l'homme. D'un autre côté, des imams de nationalité belge, française ou allemande, sont actuellement formés en Europe.

Mais, sachant que l'Islam n'est pas encadré par un clergé comme l'est le catholicisme par l'Eglise, la transmission de ces messages laïcs dans la société civile musulmane en Europe est toujours en question. Moi-même, j'ai eu du mal à accepter que c'était possible qu'il y ait une pratique religieuse laïque reconnait Sami Cherif, interrogé par un élève de l'IHECS.

jocelyne 1ere de couv Toutefois, quelques indications sont données en ce sens. S'appuyant sur les travaux de la sociologue, Jocelyne Césari qui parle d'une révolution de l'individualisation de la religion, il rappelle que la ré-islamisation constatée de certains quartiers en Europe se fait de manière individuelle, par un choix, une découverte personnelle avec une version humaniste.

Stigmate de l'Islamisme en Europe contre persécutions des minorités catholiques dans le monde musulman, difficile pourtant aujourd'hui d'effacer des mémoires collectives les traces de plus de 1000 ans d'histoire tâchés de sang. A la fin de son intervention, Sami Cherif affiche un enthousiasme finalement modéré : Je pense que dans une vingtaine d'années, l'Islam européen, s'il est structuré, aura un impact sur les Musulmans du reste du Monde. Reste à savoir si la voix de cet Islam laïc sera assez forte pour s'étendre et si les autres religions monothéistes d'Europe se montreront suffisamment ouvertes pour que les préjugés des deux côtés disparaissent. Parce que l'inquisition n'est pas plus dans la Bible que le terrorisme dans le Coran.