Nous sommes tous invités au cinéma

Article publié le 17 avril 2008
Publié par la communauté
Article publié le 17 avril 2008
" Repas terroriste”
 Ces clowns habillés en muppeds nous ont invité au ciné. Partants ? Vous seriez-vous assis à leur table pour déguster une morue à la basque ? Ce n’était pas si clair que ça, malgré leurs habits risibles, car ils n’avaient pas l’air très sympa. C’est autour de cette idée (burlesque) que tourne le titre quelque peu cruel du dernier film du réalisateur espagnol Manuel Gutiérrez Aragón, On est tous invités, qui se présentait en première la semaine dernière de l’autre côté des Pyrénées. Les profs de fac, les juges et les conseillers municipaux, mais aussi les plombiers, les buralistes et les étudiants. On était tous invités.

Dans la fiction, le menu était prometteur. Pour 8 euros, tout était inclus : un peu d’intrigue, un siège confortable et des . Un bon plan pour le week-end, sachant en plus que le jeune , l’acteur espagnol le plus inquiétant du moment, y jouait un rôle de terroriste de l’ETA qui perd la mémoire après recevoir un tir de pistolet, et qui mélange ses souvenirs d’assassin et le formatage chrétien que les religieux de l’hôpital où on le soigne essaient de lui faire adopter. Il s’agit d’un film qui se penche sur le conflit basque du point de vue des gens menacés par la bande terroriste ETA ; un film très éloigné du sang gratos et, au dire des critiques, .

pop-corns Oscar Jaenada « à un suspense à la hauteur même d’un Hitchkock »

Le titre peut sembler macabre. Et ça l’est, comme la vie quotidienne de beaucoup des « attablés » au repas basque. Justement, l’idée du film surgit dans la tête de pendant un repas avec un ami du Pays Basque. , précisait le directeur après la séance. Ce jour lointain, le propriétaire du restaurant leur demanda de laisser ouverte la porte du local comme mesure de précaution: , les ravisa-t-il. Et avec le premier plat arriba l’inspiration.

Gutierrez Aragón « Les sociétés gastronomiques sont d’une importance cruciale au Pays basque. Il ya eu souvent des personnes assassinées en plein dîner et c’est quelque chose de très présent le long du film » « Ne vous inquiétez pas, ici il ne se passe jamais rien. Mais quand ça se passe, c’est pour de vrai »

L’asphyxie invisible qui hante les rues et les citoyens de ce beau pays c’est ce que transmet dans son dernier travail. Voici aujourd’hui quelques images du trailer. En général, les trailers montrent les scènes les plus impactantes, en racontant les films presque de A à Z pour finir par les rendre inintéressants. Bref, je n’aime pas les trailers; d’ailleurs, je les déteste, avec toutes mes forces, mais le voici pour les vicieux.

Gutiérrez Aragón

Des tonnes de cinéma européen

On est tous invités ha inaugurado la , clôturé le week-end dernier. On se demande, en tout cas, pourquoi un film qui était prêt depuis vingt mois, ait attendu le lendemain des élections législatives espagnoles –très marquées par la menace terroriste- pour voir le jour.

inaugurait le 11ème Festival de Cinéma Espagnol de Malaga

Ceci dit, je ne suis pas en manque de plans alternatifs si jamais vous passez à Madrid. La capitale espagnole inaugure la deuxième édition du festival , cette initiative innovatrice du cinéma européen qui prend place dans trois villes différentes du continent : Copenhague, Munich et Madrid. Dans les salles Princesa, les mieux avisés pourront se régaler avec les dernières productions du cinéma français, grec, allemand, italien, portugais ou hongrois. Un rendez-vous expérimental à ne pas rater. Une invitation qui, en l’occurrence, ne mérite pas d’être déclinée.

“Picture Europe”

Traduction : Fernando Navarro