« Nous avons besoin de plus de femmes dans la vie politique des Balkans »

Article publié le 5 juillet 2016
Article publié le 5 juillet 2016

Mimoza Kusari-Lila, 41 ans, élue en 2013, est la première et la seule femme maire au Kosovo. Vice-premier ministre de la République du Kosovo et ministre du Commerce et de l'Industrie de 2011 à 2013, l'édile a enchaîné les responsabilités pour faire avancer son grand projet : la place des femmes dans la politique des Balkans. Interview. 

Balkans & Beyond : Avez-vous le sentiment qu'il y a une place pour les femmes en politique, dans les Balkans ?

Mimoza Kusari-Lila : J’ai confiance et je crois fermement que les femmes ont absolument besoin d'être plus présentes et décisives dans la vie politique dans les pays de la région des Balkans. Elles sont encore sous-représentées et ont de grandes possibilités d'améliorer le paysage politique dans leurs pays respectifs. Avec la participation des femmes dans la vie politique qui augmente petit à petit, nous voyons une autre approche de l'influence politique dans la vie quotidienne des gens.

Balkans & Beyond : Vous faites-vous du souci concernant la discrimination que les femmes au Kosovo et dans toute la région des Balkans subissent encore aujourd'hui ?

Mimoza Kusari-Lila : Je me fais davantage de souci quant à la manière dont les femmes dans les administrations publiques sont perçues par le public. La plupart des pays de la région ont des lois contre la discrimination, mais la perception du public doit changer en ce qui concerne les femmes en politique, et ce que l’on attend d’elles. À chaque fois qu'une politicienne jouit d’une plus grande visibilité, la discussion publique tend à se concentrer sur ses faiblesses, au lieu de se focaliser sur ses forces et ses valeurs, alors qu’un tel jugement de valeur ne s’applique pas à l’égard des politiciens. Je veux croire que les femmes soutiendront davantage les autres femmes, et que cela permettra de marquer un tournant dans la perception que l’on a des femmes dans la vie publique.

Balkans & Beyond : Que signifie le féminisme pour vous ?

Mimoza Kusari-Lila : Je suis féministe, car je crois que les femmes peuvent être aussi performantes que les hommes. Je suis féministe, car je soutiens les autres femmes en étant fermement convaincue de leur capacité à briser le plafond de verre qui leur est imposé. Je suis féministe, car je crois que, si l’on ne permet pas aux femmes d’occuper des rôles plus importants dans la société, aucune société ne pourra évoluer. Je veux croire que les changements en termes de problématiques des sexes vont advenir plus vite aujourd’hui que par le passé.

Balkans & Beyond : Quel regard portez-vous sur la situation politique actuelle au Kosovo ?

Mimoza Kusari-Lila : Ce que nous vivons actuellement est la situation la plus difficile que nous ayons rencontrée depuis la fin de la guerre en 1991. Le problème est que les partis n'apportent pas suffisamment de solutions au peuple de la République du Kosovo. Compte tenu des décisions arrogantes du gouvernement et la violente réaction de l'opposition, il semble compromis d’aboutir à de véritables solutions dans les prochaines semaines ou les prochains mois. La situation actuelle offre peu d'espoir en ce qui concerne les problèmes socio-économiques et nuit à l'image du Kosovo en général. La tentative d'initier un dialogue où les partis concernés s'asseyent à une table et règlent ensemble leurs différents, a échoué. Et les gens au Kosovo tout comme l'image du pays, en souffrent beaucoup. 

___

Texte : Muhamet Hajrullahu 

Traduction : Fleur Grelet

___

Au-delà des clichés. Au delà de la haine. Au delà du passé. 25 ans après le début des guerres balkaniques, le projet éditorial de cafébabel Berlin intitulé Balkans & Beyond dévoile des histoires exclusives qui dépeignent la vie et la politique en Bosnie, Macédoine, Croatie, Kosovo, Slovenie, Serbie et Monténégro. Ce projet est financé par Allianz Kulturstiftung and Babel Deutschland avec le soutien moral du réseau de Babel International.