Nicolas Sarkozy, justicier solitaire dans le désert libyen

Article publié le 11 mars 2011
Article publié le 11 mars 2011
Le président français Nicolas Sarkozy a reconnu le Conseil national de transition des insurgés libyens comme la représentation officielle du pays. Il veut en outre présenter ce vendredi 11 mars lors du Conseil de l'Europe à ses partenaires européens des plans d'attaque aérienne contre le régime de Kadhafi. La presse européenne déplore ce cavalier seul qui nuit à tous les protagonistes.

De Volkskrant - Pays-Bas : Nicolas Sarkozy nuit aux intérêts de l’Europe

La reconnaissance par Paris du Conseil national de transition des rebelles libyens est précipitée et nuit à l'UE, estime le quotidien de centre-gauche De Volkskrant : « La France a été pendant des années le pays européen qui a entretenu les relations les plus étroites avec les régimes autocratiques d'Afrique du Nord. Cela a généré des situations embarrassantes ces dernières semaines lorsque la vague de protestations a balayé la région comme un tsunami. Avec ces bouleversements, Paris semble désormais privilégier la fuite en avant. L'initiative française est fort maladroite, notamment parce que la situation en Libye est extrêmement confuse. … Il s'avère une fois de plus que si les Français parlent beaucoup de l'Europe, ils préfèrent affûter leur propre image au moment décisif. Sur l'initiative de Paris également, les chefs de gouvernement de l'UE se rassemblent aujourd'hui pour évoquer la situation en Libye. En raison de l'intervention unilatérale de la France, la portée de la conférence semble d'emblée limitée. »

(Article publié le 11.03.2011)

Der Standard – Autriche : La France veut redorer son image

En reconnaissant le Conseil national libyen et en présentant des plans d'attaque, le président français Nicolas Sarkozy agit trop vite, estime le quotidien de centre-gauche Der Standard : « Ce qui a été déterminant dans l'initiative de Sarkozy, c'est sans aucun doute la tentative de redorer l'image écornée de la France au Maghreb - et remédier en même temps à sa grande impopularité politique en France. La question d'une opération militaire hante Sarkozy depuis des jours : au début de la semaine encore, il avait rejeté une zone d'exclusion aérienne en indiquant que l'Occident 'ne pouvait se permettre un nouvel Afghanistan'. Il semble avoir complètement changé d'avis. Et cela sent l'improvisation. Des décisions rapides sont parfois nécessaires en temps de guerre. Mais il serait sans doute préférable que les membres de l'UE s'entendent sur cette situation de crise avant que les projets ne soient rendus publics. Une aide inappropriée ne peut que nuire aux rebelles. »

(Article publié le 11.03.2011)

Tages-Anzeiger – Suisse : Un solo intense et hypocrite

Le revirement soudain du président français Nicolas Sarkozy dans le conflit libyen s'avère crispé et impuissant, estime le quotidien de centre-gauche Tages-Anzeiger, pour lequel Sarkozy n'atteindra pas son objectif réel : « Sa brusque initiative est probablement censée profiter d'abord au rôle géopolitique grandement diminué de son pays. Parmi les grands pays occidentaux, c'est la France - caractérisée et gênée par la vieille double morale dans le traitement des despotes - qui a semblé la plus effacée et parfois même la plus étriquée ces trois derniers mois face au tournant historique dans le monde arabe. … Aujourd'hui Sarkozy entreprend donc surtout de redorer l'image du pays. En ce moment historique, il fait revenir sur la scène internationale un pays qui a toujours eu une représentation embellie et exagérée de son propre rôle international. En solo. Dans un revirement spectaculaire et imposant, pour ne pas dire risqué, mais assurément intense et hypocrite. »

(Article publié le 11.03.2011)

28 pays - 300 médias - 1 revue de presse. La revue de presse euro|topics présente les thèmes qui animent l'Europe et reflète sa pluralité d'opinions, d'idées et d'humeurs.

Photo: (cc)fablibre/flickr