N'ayez pas peur !

Article publié le 4 avril 2005
Publié par la communauté
Article publié le 4 avril 2005

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

La mort du Pape a provoqué une douleur profonde au sein des populations du monde entier. Piotr Maciej Kaczynski, un jeune Polonais, nous donne son opinion à propos du décès de son compatriote.

Il était le seul homme au monde qui pouvait désapprouver en même temps les décisions de Chirac, Bush, Schroeder, Blair et Hussein à propos de l’Irak. Il était aussi le seul homme autant apprécié des catholiques que des autres chrétiens, des juifs que des musulmans. Il était vraiment la seule conscience morale du monde. Mais alors, qu’est-ce qui va se passer maintenant ?

A Varsovie en 1979, il a déclaré quelque chose qu’il a souvent répété par la suite : « N'ayez pas peur ! » Je devine que c’est la réponse à ma question. C’était son credo, qui contribua à la chute de l’empire soviétique. Il a été le premier à nous dire à tous : « Restez unis, n’ayez pas peur, c’est la seule manière de vaincre le diable et d'améliorer la situation. » La contribution de Jean Paul II à la lutte contre le communisme en Europe centrale et orientale lui a valu un niveau de respect que personne n’avait atteint depuis des siècles. Son combat moral pour défendre les plus pauvres et rappeler l’existence des oubliés en a fait une icône durant les trois dernières décennies. Tout comme sa lutte pour les droits de l’Homme, son respect pour la différence,... Que puis-je ajouter à ce qui a été déjà dit ?

La plupart d’entre nous a pu se faire sa propre opinion du Pape. Je me rappelle l’avoir aperçu en 1987 lors d’une de ses visite à Varsovie. J’avais huit ans, lui en avait soixante-sept. Maintenant mon cœur pleure. Je suis né un mois après l’élection de Karol Wojtyla au titre de Pape, lorsqu’il est devenu Jean-Paul II, en 1978. C’était le premier pape qui n’était pas d’origine italienne en 455 ans, et le seul pape que je n’aie jamais connu. Toutes les personnes qui ont moins de trente ans dans le monde sont dans la même situation. En d’autres termes, plus de la moitié des six milliards d’êtres vivants ne se souvient pas d’un autre pape que le bien-aimé Jean-Paul II. Son charisme l’a rendu populaire auprès des jeunes et le slogan « JP2, on t’aime » pouvait être entendu partout où il passait.

Le dimanche après sa mort, j’ai participé à un des rassemblements de commémoration qui ont pris place partout dans le monde. La foule à Varsovie à attiré pas moins de 200.000 personnes et on estime que quatre millions de fidèles se presseront à Rome pour assister aux funérailles la semaine prochaine.

Il y a tellement de choses à ajouter pour se souvenir du Saint-Père. Cependant la cacophonie médiatique a pris trop d’ampleur. En effet, le meilleur programme sur la mort du pape n’est pas un programme du tout, mais plutôt l’arrêt des émissions de la chaîne MTV Pologne qui les a remplacées par un écran vide. Nous avons besoin de temps pour revenir sur les rails, pour réfléchir à la meilleure manière dont nous pourrons suivre son exemple.