Musique : Comment prolonger les bonnes ondes de l’été ?

Article publié le 30 août 2011
Article publié le 30 août 2011
Par Charline Cauchie Si vous n’avez pas pu quitter Bruxelles cet été, il existe un moyen simple d’amener le soleil dans vos oreilles (à défaut de l’avoir au-dessus de la tête) : branchez-vous sur Buenas Ondas pour un cocktail d’évasion et de bonne humeur. Ne vous y trompez pas, Buenas Ondas est un groupe belge. Ils sont originaires de Bruxelles mais pour le moins cosmopolites.
Ché Güero, le chanteur, né à Buenos aires, écrit des textes en espagnol qui évoquent la « Pura Vida » (le nom de leur premier album sorti en 2008) : « Les chansons, ça parle un peu de notre vie, d’un certain vécu, de voyages, de choses simples de la vie. Les textes de Buenas Ondas sont à l’image de la vie-elle-même. Parfois joyeuse, parfois moins. Il y a cette mélancolie mais aussi cet esprit festif dans nos textes. » Dans leur nouvel album sorti en 2010, « La Lucha Sigue », ils ont été rejoints par de nouveaux musiciens aguerris. Le groupe n’est donc pas figé ? « Disons qu’il y a une bonne base mais on n’est pas contraire à amener de nouvelles personnes et, avec elles, de nouveaux sons. C’est ça le partage musical ! »

Un groupe qui transpire la joie de vivre

Depuis, le premier album, il y a eu beaucoup de changement : « On a apporté de l’énergie supplémentaire, le dynamisme, la bonne ambiance et un bon mix aussi ». Nouvelles compositions, nouveaux sons mais un même esprit familial qui règne entre les membres : « on se sent super bien ! ». Et ce qui ne semble pas prêt de changer non plus, c’est cette lutte pour la joie de vivre qui transpire dans l’énergie qu’ils communiquent au public. Au sein du groupe, l’inspiration se puise grâce à des influences diverses : le blues de Buddy Guy ou de Johnny Hooker que revendique Le Co contraste avec l’évolution du groupe vers le Reggae, le Ska ou le Funky-Rap. « C’est aussi ça la richesse de Buenas Ondas, c’est tout ce mélange de cultures musicales qui font la fusion ! », ajoute Ché Güero.

Mais si leurs textes et leurs rythmes vous donnent envie de remuer le popotin sur votre siège de bureau, rien de mieux que de les découvrir sur scène. « C’est vraiment l’endroit où l’on peut s’exprimer le mieux et communiquer au public notre énergie ». Vous les avez manqués cet été ? Ils étaient pourtant partout : entre Couleur Café, le Dour Festival ou le festival Polé Polé à Gand, les vacances des Buenas Ondas étaient sur les scènes belges. « Le travail commence à payer », confient-ils le sourire aux lèvres.

Leurs projets ?

Après avoir fait bouger les festivaliers, Buenas Ondas s’en retourne en studio pour enregistrer un troisième album et on espère bien les retrouver avec de nouvelles mélodies sulfureuses l’été prochain. Et si on peut leur souhaiter une chose pour les mois et les années à venir ? « Que ça continue comme ça, qu’on se marre à faire de la musique ! Parce que c’est ça le principal : s’amuser », conclut Le Co.

Pour plus d’infos, foncez sur leur site et myspace

www.buenas-ondas.com - www.myspace.com/lasbuenasondas