Mort de Chávez : le Venezuela dépeuplé

Article publié le 6 mars 2013
Article publié le 6 mars 2013
Le président vénézuélien Hugo Chávez est mort mardi des suites d'un cancer à l'âge de 58 ans. Durant 14 ans, il a dirigé ce pays pétrolifère en menant une politique de redistribution et de nationalisation. Si certains chroniqueurs jugent que son engagement vis-à-vis des pauvres le rend immortel, d'autres estiment que la stagnation économique marquera l'échec prochain de sa révolution socialiste.

Polityka Online – Pologne : l’héritage de Chavez

Avec la mort de Chávez, l'émancipation du pays de toute la région est loin d'être terminée, analyse le portail d'information de centre-gauche Polityka Online : « Car les pauvres et les sans-droits savent maintenant que sans leur voix, personne n'arrive au pouvoir dans le cadre d'élections démocratiques. Ils sont ambitieux et peuvent aussi articuler cette ambition. Le legs principal de Chávez est probablement l'avènement politique de la gauche et la prise de conscience des pauvres, auparavant négligés. Il concerne surtout le Venezuela, mais aussi d'autres pays. Le défunt Chávez a également donné du courage à des dirigeants et des sympathisants dans d'autres Etats d'Amérique latine ainsi qu'à tout l'hémisphère sud. … Le Venezuela doit maintenant mener un combat difficile pour sa succession ; de vieux conflits resurgiront et il faudra organiser de nouvelles élections présidentielles. Ce sera également une sorte de référendum sur l'héritage laissé par Hugo Chávez. » (Article publié 06.03.2013)

nrc.next - Pays-Bas : le roi pétrolier du peuple

Aux yeux de l'élite, Chávez était un populiste mégalomane

L'avenir économique du Venezuela et incertain après la mort d'Hugo Chávez, analyse le quotidien libéral NRC.next : « Aux yeux de l'élite, Chávez était un populiste mégalomane. Un homme qui a sacrifié la démocratie et l'économie et bâti sa popularité sur les pétrodollars. Mais même les principaux détracteurs de Chávez ont relevé l'attention qu'il portait aux pauvres. L'oligarchie de l'ancienne élite pétrolière du Venezuela a été remplacée par le pouvoir des masses. … Il est mort, mais un mini-Chávez est déjà prêt à prendre le relais : le vice-président Nicolás Maduro. … Il a annoncé que le legs de Chávez serait préservé. Mais la révolution socialiste se fissure : l'économie stagne, la violence augmente. Si le modèle s'effondre, les pauvres seront les plus touchés, comme c'est souvent le cas au Venezuela. Mais ils ne feront pas porter le chapeau à leur héros Hugo Chávez. Le roi pétrolier du peuple peut prendre sa place aux côtés [du combattant pour l'indépendance] Simón Bolívar dans le Panthéon des dirigeants immortels d'Amérique latine. » (Article publié 06.03.2013)

L'Humanité – France : leader éternel

Tout ce que Chávez est parvenu à faire en politique le rend immortel, estime le quotidien communiste L'Humanité : « Le peuple l'aimait parce qu'il avait changé la vie de millions de parias, parce qu'il avait du panache et du courage. De 1999 à 2008, il multiplia par 3 les dépenses publiques par habitants, fit reculer de 50% la pauvreté, instaura la santé et l'éducation gratuites, créa l'ALBA contre les accords de libre-échange, contribua à la naissance de la CELAC [Communauté d'États latino-américains et caribéens], sans les États-Unis, isolés désormais à l'échelle continentale. Voilà pourquoi cet homme d'une grande stature, d'une profonde humanité, fut l'un des plus haïs, diabolisés par l'ensemble des médias internationaux, par toutes les bourgeoisies, et les fausses gauches. Il y a des morts qui ne meurent jamais. » (Article publié le 06.03.2013)

El Huffington Post – Espagne : Si Chavez un marteau

Le populisme d'Hugo Chávez a été la conséquence du discrédit des grands partis, rappelle le journal en ligne de centre-gauche Huffington Post : « Lors d'une rencontre avec des journalistes à Madrid, le dirigeant avait déclaré, concernant sa grande popularité : 'Je n'en suis pas la cause, j'en suis la conséquence'. Ce n'était pas une formule toute faite dénuée de sens, au contraire. Peut-être était-ce la clé pour comprendre le phénomène Chávez. Son succès politique triomphal s'explique de multiples façons. Mais la première raison, c'est que les deux grands partis traditionnels, le social-démocrate Acción Democrática et le chrétien-démocrate Copei se sont retrouvés totalement discrédités après avoir ignoré et spolié les classes pauvres pendant des décennies. De nombreux politologues européens s'étonnent, aujourd'hui aussi, du récent succès électoral de Berlusconi le corrompu et de Beppe Grillo le populiste, sans suffisamment analyser les causes de ce nouveau scénario. » (Article publié le 06.03.2013)

28 pays - 300 médias - 1 revue de presse. La revue de presse euro|topics présente les thèmes qui animent l'Europe et reflète sa pluralité d'opinions, d'idées et d'humeurs

Photo : (cc)quecomunismo/flickr