Monte le son voisin !

Article publié le 15 janvier 2008
Publié par la communauté
Article publié le 15 janvier 2008
A Cafebabel on le sait bien, l'émergence de médias européens n'est pas une mince affaire. Les médias nationaux se laissent volontiers aller au chauvinisme voire à l'euroscepticisme, comme le déplore Philippe Cayla, PDG de la chaine européenne EuroNews, basée à Lyon. La radio n'échappe pas à la règle. Faites un simple test autour de vous, demandez qu'on vous cite cinq groupes allemands.
Vous obtiendrez Tokio Hotel, Rammstein, peut-être Nina Hagen et probablement "un grand blanc". Répétez le test avec l'Espagne, l'Italie, la Belgique, etc. et vous verrez que seuls les groupes britanniques tirent leur épingle du jeu. Rien d'étonnant quand nos radios nous abreuvent à longueur de temps de groupes bien de chez nous et de ce qui se fait de pire outre-atlantique. Où sont les Macaco, 2raumwohnung, Girls In Hawaii et autres Colle Der Fomento ? Pas sur nos ondes.

Revo Pico-WifiOu du moins, pas sur nos ondes FM. Car dans ce domaine aussi, Internet joue au passe-frontières. Les tops high-tech de l'année 2007 nous vantent l'iPhone et les dernières trouvailles du prolifique Google Labs mais peu de médias parlent de la radio wifi. Elle a pourtant révolutionné mon quotidien.

Je me lève désormais avec les nouvelles anglaises, anime mes soirées avec du rock d'Allemagne et me cultive en Espagne. Et tout ça sans ordinateur et aussi simplement qu'avec mon cher vieux poste. Cela est rendu possible grâce à la technologie mise au point par Reciva.

Cette société, fondée en 2002 et basée à Cambridge, a cherché à unifier les différentes radios émettant sur le web, radios traditionnelles comme webradios. Il fallait pour cela répondre aux problèmes de compatibilité posés par les nombreux formats utilisés (MP3, RealAudio, Windows Media, etc.) et mettre en place une base de données centrale où répertorier les radios de la planète. Cerise sur le gâteau, Reciva est personnalisable : on peut y ajouter ses podcasts préférés ainsi que des radios non répertoriées.

Le système est opérationnel depuis décembre 2002 mais il a fallu attendre trois ans avant la sortie de la première radio Wifi, car Reciva n'est pas un fabricant. Son activité consiste à fournir aux fabricants un module permettant d'avoir accès à l'Internet Radio (IR comme opposé à FM). On parle de "vente en marque blanche" ou d'"OEM" (Original Equipment Manufacturer) en anglais.

La première société à s'être lancée est Acoustic Energy, fabricant d'enceintes. Sa wifi radio est sortie à Noël 2005 pour la modique somme de £199 (environ 270 €). Dès lors, tout s'est enchainé. Les nouveaux produits se sont succédés les uns aux autres. A noter en Septembre 2006 l'arrivée sur le marché de Dixons, le Darty Anglais. En terme de qualité sonore, sa Logik IR100 fait pâle figure face aux fabricants d'enceintes. Par contre, avec ses £45 (60 €), elle fait de la radio Wifi un produit grand public et non plus un gadget de trendsetters.

Le marché de la radio wifi reste avant tout britannique, pour le moment. Même si les radios wifi commencent à faire leur premières incursions sur le continent avec, en France par exemple, la liveradio d'Orange.

Pendant ce temps, la base de données de Reciva continue de s'enrichir. La barre des 10 000 radios disponibles devrait être franchie d'ici un mois.

Si vous hésitez encore à écouter du jazz en Pologne ou du rap italien, allez consulter le répertoire de Reciva. Il est en effet possible d'accéder à cette technologie sans avoir à acheter une radio.

Et puis, à l'époque du tout ordinateur, renouer avec son poste de radio reste un grand plaisir ; comme un vieux vin un grand cru.

Antoine Lefeuvre

Notes : Pour faire votre choix parmi les radios wifi existantes, consultez Wifi Radio Review.