Monnaies sociales : l'autre visage de l'argent

Article publié le 17 avril 2015
Article publié le 17 avril 2015

De nouvelles formes d'économies locales font leur apparition en marge du modèle économique traditionnel. Les monnaies sociales - un modèle qui tente de trouver des solutions aux problèmes de la société européenne - incarnent cet élan vers des alternatives économiques et gagnent du terrain. Les jours des tirelires sont-ils comptés ?

Il ne t'est sans doute jamais venu à l'idée de quitter la maison sans ton portefeuille, sans lui tu serais perdu. Il te faudrait demander de la monnaie à un ami ou un collègue pour la machine à café et encore quelques pièces pour pouvoir rentrer chez toi en bus ou en métro. Il est impossible de faire disparaître ou de remplacer l'argent. Nous en avons besoin tous les jours mais sommes nous conscients de son impact et du  pouvoir qu'il a sur notre avenir sur la planète et sur sa durabilité ?

Notre empreinte sociale et écologique est de plus en plus affectée par l'argent et nombreuses sont les voix à réclamer une solution. L'une des réactions a été de créér un nouvel « outil » qui a connu un boom incroyable ces dernières années. Cet outil, ce sont les monnaies sociales qui couvrent une vaste panoplie de formes, tant au niveau physique (monnaies virtuelles, digitales, en papier, sous forme de livret ...) qu'au niveau économique. Chacune d'elle s'ajuste aux différentes réalités sociales du pays dans lequel elle est utilisée. Grâce à elles ont peut tout faire, acheter une baguette ou bien partir en voyage, tout dépend de la monnaie et des commerces ou professionnels qui l'acceptent.

Des monnaies au niveau local

Les monnaies sociales, également appelées monnaies locales, complémentaires ou alternatives, sont de l'argent créé et utilisé pour animer et développer autant le travail que la consommation locale et donner aux communautés du pouvoir d'achat pour atteindre des objectifs sociaux.

Le paysage au coeur duquel on retrouve ses monnaies s'étend au monde entier : au niveau européen, elles fleurissent à tous les coins du continent avec pour seul objectif celui de créér une économie éloignée de la principale pour un monde plus juste, solidaire et proche des gens. Il est presque impossible de donner une estimation du nombre de monnaies sociales actuellement en circulation mais nous vous présentons deux d'entre elles.

D'un côté nous avons la Livre de Bristol. Sans doute l'une des plus connues d'Europe. Elle a vu le jour il y a plus de 3 ans dans la rebelle ville britannique de Bristol, grâce à la collaboration et au soutien du gouvernement local, d'une coopérative d'épargne locale (Bristol Credit Union) et à l'implication d'au moins 800 commerces environ et de la grande majorité de la population acquis à sa cause. Ses billets physiques de 1, 5, 10 et 20 sont très attrayants et colorés. Les transactions peuvent se faire sur Internet, carte de débit ou par SMS. En plus de cela, les Bristol Pound peuvent être échangées pour des livres sterlings à valeur identique dans de nombreux points établis directement dans la rue.                                                                                                                               

L'Espagne : pionnière des monnaies sociales

De l'autre côté, nous avons l'Espagne, devenue depuis déjà longtemps l'un des pays européens avec le plus de monnaies sociale sur son territoire : Puma, Demos, Ekhi, Zoquitos, Exproncedas ou El Real. La particularité de cette dernière, c'est toute la technologie et l'innovation qui l'accompagne pour pouvoir être au service du citoyen et faciliter le chemin vers une société plus équitable tout en maintenant les objectifs et valeurs de n'importe quelle autre monnaie sociale.

El Real est la monnaie électronique et locale de la ville de Villareal, dans la province de Castellón, elle a été créée pour dynamiser le commerce local, développer une culture collaborative et soutenir les initiatives sociales. Elle n'existe pas sous forme physique parce que toutes les transactions se font via le mobile ou une carte personnalisée qui utilise la technologie NFC ou, ce qui revient au même, des liaisons sans fil de courte portée. Une plateforme rapide et sécurisée pour réaliser des échanges de données entre les téléphones et les dispositifs mobiles. Depuis son apparition en 2004 jusqu'à aujourd'hui, on l'utilise surtout pour identifier l'utilisateur, récolter et échanger des informations et, en grande majorité, pour le paiement via téléphone.

L'argent ne fait pas la richesse

En bref, il est temps de commencer à questionner le système économique traditionnel qui asservit beaucoup et récompense peu. Il est possible de penser à un autre plus durable et solidaire mais alors que les politiques se refusent à faire ce pas en avant, ce sont les citoyens eux-mêmes qui conduisement le changement et proposent leurs solutions et leurs idées alternatives comme les monnaies sociales.

Peut-être que tout changera le jour où nous nous rendrons enfin compte que l'argent ne fait pas la richesse, ce sont les relations entre les personnes. Comme toute autre chose, les monnaies sociales ont leurs adeptes et leurs détraqueurs mais au jour d'aujourd'hui et étant donné la situation, elles n'ont aucune intention de s'en aller.

Chaque monnaie sociale est différente et unique. Si tu ne les as pas encore vues circuler dans ton quartier, elles devraient bientôt y faire leur apparition.