Molière, Dante et Shakespeare ont un nouvel ami : Goethe

Article publié le 28 novembre 2007
Publié par la communauté
Article publié le 28 novembre 2007
Dans notre belle et grande Union européenne, officiellement, toutes les langues officielles des Etats sont reconnues sur un pied d’égalité et considérées comme « langue officielle de l’UE ». Ce qui nous fait un joli total d’une vingtaine de langues…impressionnant.
Mais la réalité linguistique fait que certaines langues sont plus égales que d’autres…

Trois seulement en effet, ont le statut de langues de travail : l’anglais, le français et l’allemand. La Parisienne possédait déjà une version dans les deux premières, mais l’allemand faisait cruellement défaut, malgré la présence dans l’équipe locale, de spécimens d’Outre-Rhin.

Cela nous brisait le cœur, meurtrissait notre affection envers l’Allemagne et une grande tristesse nous envahissait, pensant à tout ce que les Allemands rataient comme articles de haute qualité…

Mais maintenant haut les cœurs ! Ce post est là pour annoncer officiellement le lancement de la version allemande de La Parisienne ! Public allemand, vous ne serez plus jamais délaissé par ces arrogants français !   

Après un long effort de recrutement (merci Katharina), la rédaction parisienne a réussi à trouver de généreux traducteurs de la langue de Goethe, la plupart étant allemand. Et oui, il faut l’avouer, la langue de Goethe ne fait pas fureur parmi les écoliers français…La raison ? Non pas qu’ils n’aiment pas l’Allemagne et qu’ils rêvent de reconquérir la Sarre, mais « l’espagnol c’est facile ».  Evident non ?

Maintenant n’hésitez pas à commenter, débattre, critiquer ce qui peut être publié dans ces colonnes. Et bien entendu, si vous désirez vous joindre à l’aventure, faites nous signe !

Nous vous souhaitons une bonne lecture.

 

Jean-Sébastien Lefebvre.