Moldavie: le chemin de l'Europe

Article publié le 3 décembre 2014
Article publié le 3 décembre 2014

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Le camp pro-européen a obtenu une courte majorité lors des élections législatives organisées dimanche en Moldavie, et pourra donc continuer à gouverner. ll lui faudra  prouver aux citoyens que cela vaut la peine de se rapprocher de l'Ouest, écrivent certains journalistes. D'autres soulignent qu'il ne faut pas céder à la pression de Moscou et appellent à un soutien européen.

Neue Zürcher Zeitung: Le modèle proposé par l'Ouest est le plus attractif; Suisse

La coalition pro-européenne, au pouvoir, a remporté de justesse les élections en Moldavie, avec une courte majorité de 44 pour cent des voix. Remportant 21 pour cent des voix, le Parti socialiste (d'opposition) est cependant le premier parti du pays. Ce résultat traduit la profonde division entre l'Est et l'Ouest du pays, estime le quotidien libéral-conservateur suisse Neue Zürcher Zeitung : "La Russie, qui considère la région historique de Bessarabie comme l'une de ses zones d'influence a renforcé la pression exercée sur le petit pays après que ce dernier a signé l’accord d’association avec l’Union européenne, et a prononcé un embargo sur les produits agricoles moldaves. Malgré les dégâts considérables de ces mesures sur l’économie moldave, les forces prorusses ont obtenu un bon résultat, particulièrement le parti socialiste qui souhaite renforcer les liens avec Moscou [...] Il est, sans aucun doute, nécessaire pour le petit pays d’entretenir de bonnes relations économiques avec Moscou. Mais ce n’est pas suffisant pour cet état tampon entre l’Est et l’Ouest, une véritable vision politique de modernisation est nécessaire. Et pour la majorité des Moldaves, l’occident offre de ce point de vue un modèle plus attractif." (02.12.2014)

Die Presse: En route vers l'Europe; Autriche 

Selon le quotidien conservateur Die Presse, la victoire des partis pro-européens aux élections moldaves confirme la politique étrangère menée par l’Union européenne à l’Est : « La victoire des partis pro-européens aux élections de dimanche dernier, malgré un contexte défavorable, traduit deux choses. D’une part, il y a une petite majorité de la population du pays qui soutient la politique pro-occidentale menée par son gouvernement et qui souhaite son maintien. Et d’autre part, il est nécessaire que le prochain gouvernement convainque les citoyens sceptiques à l’aide de méthodes légales. [...] Pour l’Union européenne, ce vote est une réponse positive à leur offre d’intégration des pays de l’ex-Union soviétique. Alors que l’Arménie et la Biélorussie ont rejeté l’accord de coopération, un an après le sommet de Vilnius le bilan n’est pas si mauvais. La république moldave, la Géorgie et même l’Ukraine en crise sont bien décidées à emprunter la voie européenne. (02.12.2014

Contributors.ro: Un paragraphe dans les livres d'histoire?; Roumanie

Les partis pro-occidentaux de la République moldave ne sont pas passés loin de la défaite. Les politiciens doivent retenir les leçons de cette situation, peut-on lire sur la plate-forme de blogues roumaine contributors.ro : « émettre des clichés et les lieux communs pro-européens ne suffisent pas. [...] Les chefs de file des partis pro-européens à Chișinău doivent maintenant prouver que le modèle européen peut apporter quelque chose en menant des réformes concrètes. [...] Ils doivent rapidement mettre fin à la corruption, imposer l’indépendance de la justice, et renforcer l’état de droit. Ils doivent aussi moderniser les infrastructures et les services publics, et développer un environnement économique digne de confiance. [...] à défaut de quoi, après décembre 2018, il ne restera de la majorité pro-européenne qu’un paragraphe dans les livres d’histoire ." (02.12.2014)  

Sme: Division de la Moldavie, le plan B de Poutine; Slovaquie  

Selon le quotidien libéral slovaque Sme, les élections en république moldave se sont déroulées dans un contexte compliqué, le pays ayant à faire face à une pression massive de la Russie : «  Celui qui veut savoir quel est le plan B de Poutine pour l’Ukraine n’a qu’à regarder ce qu’il se passe en République Moldave. Lorsque la Russie ne parvient pas à garder un pays entier dans son empire, alors elle en prend au moins une partie. Un musée du communisme en plein air a vu le jour en Transnistrie grâce aux subventions russes et sous la protection de l’armée russe. Sans élection démocratique, sans une économie viable, avec une élite qui vit de trafic d’armes, de pétrole et d’alcool. La Russie finance cette situation afin de conserver son influence sur la République moldave. Le conflit militaire en Tansnistrie freine la stabilisation, les réformes et l’intégration de la Moldavie au modèle occidental. L’objet principal de ces élections était de savoir si le pays est toujours soumis à la pression de la Russie [...] Il semblerait que la Moldavie soit un peu plus proche de l’Union européenne que ne le serait une simple colonie russe." (02.12.2014

30 pays - 300 médias - 1 revue de presse

euro|topics