Metropolis: le chef-d’œuvre enfin retrouvé

Article publié le 15 février 2010
Article publié le 15 février 2010

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Une version complétée de Metropolis, l’un des chefs-d’œuvre de l’histoire du cinéma allemand, a été diffusée en grande pompe vendredi 12 février à la Berlinale. Des séquences du film de Fritz Lang ont été retrouvées il y a deux ans, en Argentine, 80 ans après sa sortie.

Le film Metropolis est le symbole d’une époque lointaine. Celle de la République de Weimar où l’industrie cinématographique allemande et ses studios de Babelsberg tiennent tête à Hollywood. Fritz Lang, un des plus grands réalisateurs de l'époque a alors des projets grandioses et son film muet Metropolis devient le plus cher de l’époque, provoquant presque la ruine de ses producteurs. C'est une œuvre visionnaire, avec des éléments de science-fiction, une ville complètement reconstituée et des autoroutes à étages qui inspireront de nombreux films comme Le Cinquième élément. Mais, à sa sortie en 1927, le succès public n’est pas au rendez-vous et, deux mois à peine après sa première diffusion, le film doit être coupé.

25 minutes manquantes

« Les miracles arrivent »

L'affiche du film restorée en 2002Le temps faisant son œuvre, Metropolis acquiert sa place comme chef-d’œuvre du cinéma mais les séquences coupées restent introuvables. Jusqu’à l’été 2008, plus de 80 ans plus tard, lorsque le Museo del Cinema de Buenos Aires annonce avoir retrouvé 25 minutes manquantes du film de Fritz Lang, le trésor perdu du cinéma allemand. S’engage alors une course contre-la-montre pour la restauration de ces séquences très abîmées par l’usure du temps. Grâce au travail des experts mais aussi à la partition musicale originale du film, cette version complétée a pu être montrée dans le cadre du festival du film de Berlin, parallèlement sur la Porte de Brandenbourg, au Friedrichstadtpalast mais également sur ARTE.

Le spectateur a pu ainsi découvrir de nouvelles scènes donnant une large place à trois personnages, Josaphat, Georgy et l'espion, jusque-là réduits au rang de figurants. Ces parties permettent ainsi de remettre en avant le thème de l’amitié, cher à Fritz Lang. Grâce aux nouvelles séquences, la fuite des enfants de la ville souterraine prend également une nouvelle ampleur. Quelques minutes du film original restent encore complètement disparues mais comme l'a annoncé le directeur du musée du cinéma à Berlin Martin Koerber : « Ces premières bobines avaient également été annoncées comme disparues. Donc, les miracles arrivent. »