Meet My Hood : Reiherstieg, à Hambourg

Article publié le 6 avril 2016
Article publié le 6 avril 2016

Un quartier à la mode où se mélangent des ouvriers, des étudiants et des migrants, est-ce possible ? Le quartier de Reiherstieg, à Hambourg-Wilhemsburg, semble maîtriser ce grand écart. Comment vit-on dans un quartier si difficile à caractériser et dont personne ne peut deviner l'avenir ? Allons faire un petit tour pour voir.

« Ah, Wilhelmsburg ! C'est un quartier qui, depuis des années, refuse d'être le nouveau quartier à la mode. » Voilà le premier commentaire d'un Hambourgeois d'adoption lorsque je lui ai raconté que je voulais m'y installer. Bien que ma première réaction fut un rire sonore, je dois maintenant avouer que j'ai eu la même impression. Ou tout du moins, ce fut une impression parmi d'autres.

Wilhelmsburg, avec le quartier de Reiherstieg à l'ouest, a été autrefois un quartier où étaient installés surtout des dockers. Mais les loyers peu élevés ont aussi attiré d'autres groupes comme les migrants et étudiants. Le quartier conserve encore sa réputation de ghetto - de quartier de la ville hanséatique aux zones sales et à problèmes sociaux. Certains habitants de « l'autre côté » de la ville n'ont jamais mis les pieds sur la plus grande île intérieure de l'Allemagne. Reste cependant célèbre la Soul Kitchen - fermée depuis -, une usine vide devenue le lieu de manifestations culturelles aternatives grâce au film du même nom de Fatih Akin (2009).

Les préjugés semblent laisser de plus en plus de gens indifférents - et la tendance d'immigration, guidée par la politique de la ville, perdure. En plus de ses prix, l'île attire par sa proximité avec le centre-ville et sa bonne desserte en transports en commun. La gare principale est accessible en train de banlieue en seulement dix minutes, et dans Wilhemsburg même, c'est la ligne de bus n° 13, affectueusement appelée « die wilde 13 » (« la ligne sauvage ») par les locaux, qui vous transporte. Ce bus est toujours bondé et au cours du trajet aux allures de grand huit, on entend rarement moins d'une douzaine de langues différentes à la fois.

Certains habitants de l'autre côté de l'Elbe viennent aussi chercher ici une atmosphère villageoise, qui semble plus détendue que dans la grande ville « d'à côté ». D'autres profitent de l'ambiance multiculturelle avec la vieille boutique hongroise à côté du kebab qui se trouve à côté du resto aux spécialités portugaises. Mais entre-temps se sont mélangées à cela aussi des boutiques bio, et la peur du mot en G - la gentrification - donne depuis quelques années des rides d'inquiétude aux habitants et commerçants installés depuis longtemps dans le quartier.

Certains semblent tout simplement apprécier le côté imprévisible de Wilhemsburg : pendant que quelques étudiants transforment une caravane en sauna mobile, la « Zunderbüchse », d'anciennes usines proposent chaque week-end des choses différentes pour les fêtards et le vieux Flakbunker abrite aujourd'hui un café chic. Au milieu de tout ce beau mélange qui semble constamment en quête de changements, il ne reste qu'une chose à faire : s'immerger et explorer. Bientôt. Car demain, Wilhelsburg aura déjà changé...

Le mot des voisins

Combien ça coûte ?

Les gens

_

Bonus :

Kaffeeliebe (Café), Am Veringhof 23a

Café Pause (Café & Bar), Industriestraße 125-131

Room with a vju (Café dans un ancien abri anti-aériens), Neuhöfer Straße 7

TurTur (Bar & pizzeria de mai à octobre, club & bar d'octobre à mai), Am Veringhof 13

Bäckerei Kizmet (pâtisseries turques), Fährstraße 22

Zunderbüchse (Sauna), mobile,

_

Cet article fait partie d'un nouveau projet de cafébabel, Meet My Hood, qui a pour objectif de faire découvrir les quartiers des principales villes européennes, en chantant.