Meet My Hood : Montesacro, à Rome

Article publié le 18 mai 2017
Article publié le 18 mai 2017

Dans le Municipio III, la banlieue nord-est de la capitale italienne, se trouve un quartier où les citoyens retroussent leurs manches afin de combattre les dégradations devenues insupportables pour les Romains.

Le sentiment que Rome se meurt à petit feu est indéniable. Envahie par les déchets, noyée dans le béton et étouffée par des initiatives culturelles temporaires, la Ville Éternelle est depuis quelques temps moquée des touristes et se fait détester de ses habitants, qui commencent à conjuguer le futur le plus loin possible de la capitale. Face au phénomène, certains quartiers ont décidé de se rebeller. Comment ? En améliorant la qualité de vie par ces petites choses que les Romains peuvent voir évoluer depuis leur fenêtre. Une route plus propre, un lieu de rassemblement qui redevient à nouveau utile, une initiative pour ne pas passer son dimanche après-midi en solo... Parmi ces nouveaux lieux qui replacent la vie au centre de la cité, Monte Sacro est un exemple concret de quartier où les citoyens se réapproprient le territoire. En parcourant ses rues, l’impression de se retrouver dans un petit village où tout le monde s’aide et se connaît tombe sous le sens du changement.

Monte Sacro est sorti de terre dans les années 20, là où la rivière Aniene croise la rue Nomentana. Surnommé la « ville jardin », le quartier devient l’endroit rêvé de la classe moyenne cherchant à fuir le chaos du centre-ville. Aujourd’hui, il est entouré de toute une zone où les bâtiments poussent comme des champignons, mais conserve un espace préservé qui lui est propre ainsi qu’un microclimat particulier dû à la présence du fleuve et du parc. L’entrée dans la ville jardin se situe à Piazza Sempione qui, après avoir passé le pont, donne sur la rue Nomentana et ses façades néo-médiévales. « C’est un carrefour pour les transports en commun, c’est un point de rendez-vous pour les jeunes, c’est la place où se trouve la mairie, mais c’est surtout le centre autour duquel s’articule le quartier », explique Claudia, 26 ans, qui a choisi quelques mois auparavant, de venir habiter à Monte Sacro.

La Piazza Sempione laisse place à des ruelles escarpées, avec des escaliers, des montées et des descentes entre les maisons, les arbres et le parc. D’ailleurs, dans le parc Nomentano, chaque été début juillet, se déroule l’IFest, un festival culturel indépendant consacré à la musique, à l’art et aux spectacles qui attire les une foule variée.

Quelques années plus tôt, la tranquillité du quartier frôlait l’ennui, mais depuis quelques temps, les enseignes lumineuses de l’Angolo Russo - l’historique pour ne pas dire mythique restaurant des noctambules - la place et ses alentours se sont dotés de nouveaux bars et de discothèques. Par exemple, le bar Ponte Tazio propose des sélections musicales intéressantes et des apéritifs jusqu' à une heure tardive. Il est une étape presque obligatoire pour ceux qui arrivent ici. 

Des initiatives participatives ont également redonné un nouveau visage au quartier. Grâce à la volonté des citoyens actifs qui se définissent en tant qu'« habitants doc de ville jardin », et aux financements du projet européen Tutur (pour Temporary use as a tool for urban regeneration, ndlr) 3 espaces ont désormais fait l'objet d'un lifting : un viaduc, un marché et une école. Le Viaduc des Présidents, le Marché de Viale Adriatico et l’École de Piazza Montebaldo demeuraient des endroits sous-exploités qui sont à présent transformés en véritables places forte culturelles.

L’équipe de la réutilisation urbaine joue un rôle fondamental en matière d’architecture, mais aussi en faveur des politiques sociales du quartier. Nettoyer, repenser et réaménager un espace est aussi l’occasion de créer un sentiment d’unité entre les habitants. Tout le monde a mis la main à la pâte concernant les initiatives du viaduc, du marché et de l’école : des jeunes, des architectes, des propriétaires de magasins, des grands-parents avec leurs petits-enfants, des enseignants et même des administrateurs locaux. 

Le Viaduc a aussi pu compter sur l’intérêt d’un groupe de jeunes architectes - élèves de l’auditorium Renzo Piano et membres du réseau  « G124 » - qui sont parvenus à donner une résonnance médiatique à cette requalification urbaine. Mais ce travail est également mené par les personnes déjà présentes sur le territoire : des associations, des petites entreprises, de simples familles.

« Aujourd’hui, le Viaduc est un espace coloré dont le sol est en bois recyclé, précise Federico, architecte du groupe G124, où des évènements, des expositions et des concerts sont organisés. La piste cyclable qui passe sur le Viaduc est encore en construction. L’idée est de réutiliser un vide urbain en créant une connexion ‘verte’ entre les quartiers, entres les constructions plus cimentées de la capitale mais aussi une interconnexion sociale et culturelle qui place les citoyens au cœur des décisions et des choix. »

Le quartier est historiquement de droite et ce n’était jusqu’à présent pas chose facile de l’impliquer dans le développement urbain participatif. Pourtant, l’enthousiasme visant à régénérer ces espaces en désuétude a visiblement transcendé les convictions politiques. Pour preuve, le viaduc est devenu une place citoyenne, le marché est à présent ouvert l’après-midi et le souterrain de l’école deviendra un théâtre permanent.

Conclusion, si vous voulez participer à l'évolution citoyenne de Rome, ramenez avec vous un pinceau, un balais ou une idée. En contrepartie, Monte Sacro saura offrir et vous aurez sûrement droit à une bière en bonne compagnie, dans un des nombreux bars en terrasse.

Le mot des voisins

Combien ça coûte?

Les gens

[BONUS] Les adresses cachées du reportage

Marché rionale : Viale Adriatico

_

Viaduc des Presidents : Viadotto Gronchi

_

Théâtre : École piazza Montebaldo

_

Le bar  Ponte Tazio : piazza Sempione C1B0

_

Comò Bistrot : viale Gottardo 95 -

Oenothèque 19 : piazzale Adriatico 19 -

Zio Frank : viale Gargano 6 -

Malto matto : piazza Menenio Agrippa 13 -

Oenothèque Pallotti : piazza Menenio Agrippa 9 -

Hostaria Menenio Agrippa : via Nomentano Dolmen, via Conca d’Oro 44 -

Sessantotto : via di Monte Sacro 4

 _

Cet article fait partie du  projet de cafébabel, Meet My Hood, qui a pour objectif de faire découvrir les quartiers des principales villes européennes, en chantant. Si tu veux montrer ton quartier à la bonne lumière du jour, écris-nous !