Matchs truqués : le foot dans sa zone de vérité

Article publié le 5 février 2013
Article publié le 5 février 2013
L'Office européen de police Europol a annoncé avoir découvert le plus gros scandale de paris faussés de l'histoire du football. D'après son rapport présenté lundi à La Haye, plus de 380 matchs auraient été truqués dans le monde. Pour certains commentateurs, ce scandale montre une fois de plus combien la mafia des paris contrôle le sport de haut niveau.
D'autres estiment que ces révélations ne changeront pratiquement rien au foot professionnel.

De Volkskrant - Pays-Bas : le problème est trop important

La mafia des paris sportifs a étranglé le football, analyse le chroniqueur Bert Wagendorp dans le quotidien de centre-gauche De Volkskrant : « D'après le rapport d'Europol, il y aurait également cinq suspects néerlandais ; cela a tout de suite été la grande nouvelle hier aux Pays-Bas. Nous sommes toujours surpris quand il s'avère que nous comptons aussi des personnalités sportives corrompues. Nous avons cru longtemps que nos cyclistes ne se dopaient pas et que nos footballeurs ne simulaient jamais de fautes, jusqu'à ce qu'on découvre [le footballeur] Arjen Robben. … Le problème est trop important pour que le sport puisse le résoudre seul. C'est ce que nous savons désormais du dopage. … Le sport de haut niveau est vraiment hors de contrôle aujourd'hui ; c'est devenu un secteur important de l'industrie du divertissement et des paris. Et la mafia en raffole. »

(Article publié le 05.02.2013)

Libération – France : mafias d’un nouveau genre

Après la découverte du scandale des matchs truqués, les gouvernements européens doivent agir de toute urgence pour que le sport de haut niveau ne soit pas davantage malmené, écrit le quotidien de centre-gauche Libération : « Car il est acquis que les paris, en ligne mais pas seulement, composante essentielle du sport, sont un formidable outil de blanchiment, moins dangereux que les activités criminelles traditionnelles, drogue ou trafic d'armes, et peut-être même plus lucratif. Surtout, les mafias d'un nouveau genre implantées en Chine, dans les Balkans ou ailleurs bénéficient d'une impunité quasi totale. Cible principale, l'Europe ne dispose aujourd'hui d'aucune règle commune sur les paris illégaux. Elle ne s'est toujours pas dotée de moyens de contrôle et d'investigation efficaces, pas plus que d'un véritable arsenal juridique. Devant ce constat, la communication d'Europol avait pour objectif de réveiller les consciences et mettre les pouvoirs publics européens et les fédérations sportives devant leurs responsabilités. »

(Article publié le 04.02.2013)

Polityka Online – Pologne : le gangster contrôle toujours l’affaire

Les révélations d'Europol ne porteront pas vraiment atteinte au football, estime le portail d'information de centre-gauche Polityka Online : « Bien sûr, il ne faut pas minimiser l'affaire, notamment car le football constitue une branche commerciale importante. … La semaine dernière déjà, l'hebdomadaire France Football dévoilait de possibles irrégularités - voire même le versement de pots-de-vin - dans l'attribution de l'organisation de la Coupe du monde 2022 au Qatar. Le journal n'a toutefois pas pu présenter de preuves de violations juridiques. Corruption et argent sale tournent toujours à plein régime dans le football. Il n'y a pas seulement des articles, des reportages et des documentaires sur le sujet, mais aussi des livres entiers. Même sur les présidents de la FIFA Joao Havelange et Sepp Blatter. Mais il ne se passe jamais rien. Le ballon roule toujours. »

(Article publié le 05.02.2013)

Aamulehti – Finlande : Europol position

Le scandale international des matchs truqués montre que la fraude est largement répandue dans le sport, mais aussi que la fondation de l'Office européen de police Europol était une initiative justifiée, commente le quotidien libéral Aamulehti : « Il est inquiétant de constater que même des matchs de qualification pour la Coupe du monde et l'Euro, et des matchs de la populaire Ligue des champions, ont été manipulés pour de l'argent. Plus on se penche sur le sport d'aujourd'hui, plus on discerne de tristes vérités. Le plus important n'est plus la participation ou le fair-play. Ce qui importe encore est seulement de gagner. Et si l'on ne peut gagner en respectant les règles, on va jusqu'à les enfreindre. Mais la nouvelle de ce scandale des paris truqués est aussi positive. Cela montre en effet que l'UE n'a pas fondé Europol pour rien. Les politiques doivent comprendre que de plus en plus de problèmes de société sont de nature internationale, et que les autorités doivent agir au-delà des frontières pour les combattre. »

(Article publié le 05.02.2013) 

Photo : Une (cc) suadoni/flikcr ;