« MAKING PEACE », UNE EXPOSITION QUI SOUHAITE ENGAGER LE DÉBAT AVEC LES CITOYENS    

Article publié le 9 mai 2014
Article publié le 9 mai 2014

C’est sur les grilles du parc du Lieu d’Europe, inauguré samedi dernier par Harlem Désir que l’on peut découvrir l’exposition photo “Making Peace” organisée par le Bureau International de la Paix (BIP). A travers 124 photos, l’exposition rend hommage aux artisans de la paix partout dans le monde et depuis plus de cent ans.

Cette ex­po­si­tion illustre les cinq élé­ments né­ces­saires à une paix du­rable: le désar­me­ment et la non vio­lence, la pré­ven­tion et la ré­so­lu­tion des conflits, la jus­tice éco­no­mique et so­ciale, le res­pect des droits de l’Homme, du droit et de la dé­mo­cra­tie et enfin l’en­vi­ron­ne­ment et le dé­ve­lop­pe­ment du­rable. Tra­duite en trois langues, fran­çais, an­glais et al­le­mand, l’ex­po­si­tion se veut pé­da­go­gique et es­père at­ti­rer un large pu­blic. “Un guide édu­ca­tif est éga­le­ment fourni et sera dis­tri­bué dans les écoles” ex­plique Ash­ley Woods, com­mis­saire d’ex­po­si­tion.

Di­vi­sée en cinq sec­tions, les cinq cou­leurs de la paix, c’est un siècle d’his­toire dans le monde qui est re­tracé avec des images de guerres au Viet­nam, en Corée, en Bos­nie ou en­core en Irak, avec les por­traits de grandes fi­gures qui ont oeu­vrées pour la paix dans le monde, de Gandhi à Ma­lala You­saf­zai, jeune mi­li­tante pa­kis­ta­naise en pas­sant par Mar­tin Lu­ther King, le Dalaï Lama, Man­dela ou en­core Aung San Suu Kyi, mi­li­tante Bir­mane contre le ré­gime bru­tal du dic­ta­teur Ne Win U. Mais au delà de ces images chocs, le tra­vail de pré­ven­tion et de construc­tion de la paix est mis en avant avec l’illus­tra­tion du tra­vail de re­cons­truc­tion, de ré­con­ci­lia­tion, de com­mé­mo­ra­tion, mais aussi des di­verses luttes et com­bats menés contre les mines an­ti­per­son­nel, le désar­me­ment dans le monde, la jus­tice so­ciale et éco­no­mique, des pro­blé­ma­tiques qui sont en­core au cœur de l’ac­tua­lité et nous touche tous d’une cer­taine ma­nière.

Une exposition au cœur du quartier européen ?

“Avec la présence d’institutions démocratiques dans la ville, la paix est un sujet particulièrement important à Strasbourg”, a rappelé Colin Archer, président du Bureau international de la Paix, basé à Genève. “Mais la paix est un sujet primordial, qui concerne tous les citoyens. L’Afghanistan, la Syrie ou encore l’Ukraine, nous rappellent constamment combien ce concept de paix est bien fragile dans le monde”. En présentant l’exposition en extérieur, c’est bien en dehors des institutions que le BIP souhaite engager le débat avec les citoyens. Au cœur du quartier européen mais symboliquement à l’extérieur du nouveau Lieu d’Europe à Strasbourg, l’exposition souhaite faire descendre le cycliste de son vélo, inciter le passant à s’arrêter un instant, et à sensibiliser tout simplement les citoyens grâce à une sélection d’images parfois très chargées d’émotion.

Ma­king Peace a d’ailleurs déjà été ex­po­sée à Ge­nève, Utrecht et Stock­holm, nous ex­plique Ash­ley Woods, à chaque fois en ex­té­rieur et dans des en­droits vi­sibles et ac­ces­sibles à tous”. En 2014, cette ex­po­si­tion sera aussi inau­gu­rée à Sa­ra­jevo dans le cadre des com­mé­mo­ra­tions du cen­te­naire de la pre­mière guerre mon­diale avant d’être ex­po­sée à Cape Town en Afrique du Sud.

Par Noé­mie Schoen

L’EX­PO­SI­TION EST GRA­TUITE ET AC­CES­SIBLE JUS­QU’AU 30 NO­VEMBRE AU LIEU D’EU­ROPE (TRAM E, ARRÊT RO­BERT­SAU BOE­CK­LIN).