Małgorzata Tracz : tout sauf le « fossile d'un jour »

Article publié le 10 décembre 2015
Article publié le 10 décembre 2015

Małgorzata Tracz est la co-présidente de Verts en Pologne. Dans son programme, l’adoption de solutions éco-durables va de pair avec la rationalisation des infrastructures polonaises. Lors de la COP21, elle espère que la Pologne n’obtiendra pas cette fois-ci le titre de « Fossile du jour ».

Małgorzata Tracz est une jeune activiste, surtout connue en Pologne pour son engagement social et pour sa sensibilité envers les sujets environnementaux. Originaire de Bolesławiec, dans l’est du pays, elle s’est installée à Wrocław, où elle a terminé ses études de polonais et de relations internationales, et elle offre des cours de formation dans le domaine de l’organisation et de la culture du travail. La jeune Malgorzata est une végétarienne de longue date, fondatrice de l’association sociale Trampolina, mais aussi du groupe Zielona Trasa Śródmiejska (chemin vert urbain, ndlr), qui fait partie de la coalition Zjednoczona Lewica (Gauche unie, ndlr) avec lequel elle s’est portée candidate pour le siège de député.

Małgorzata Tracz s’occupe du développement des transports urbains : parmi les différentes initiatives qu’elle a proposées, un projet en faveur d'un service ferroviaire suburbain à Wrocław se détache. Au niveau social, son idée est de moderniser les règlements en matière de construction avec la fameuse « clause verte », qui obligerait à adopter des mesures éco-durables en matière de construction des bâtiments comme des panneaux solaires et des solutions optimales pour les chauffages des locaux. Avec les Verts, elle s’engage à promouvoir l’utilisation des ressources renouvelables, en opposant parallèlement un refus catégorique concernant l’énergie nucléaire et l’extraction  de gaz de schiste par le biais du fracking.

Innovation verte, mais avec la tête

Małgorzata Tracz ne se contente pas de promouvoir un développement énergétique éco-durable, elle souligne que le moment est venu de programmer la suppression des centrales thermiques à charbon et que la transition vers l’utilisation de la fameuse « énergie verte » doit être réalisée progressivement. Cela permettrait d’éviter que les consommateurs souffrent du manque de ressources énergétiques et que les systèmes d’approvisionnement électrique s’épuisent. Concernant les activités des Verts, , Małgorzata Tracz soutient l’initiative des prosumer (produire et consommer, ndlr) basée sur l’accès personnalisé à l’énergie, de façon à soutenir aussi bien les microentreprises que l’autosuffisance énergétique.

Lorsque nous lui demandons son opinion sur la Conférence sur le climat en cours à Paris, la COP21, Małgorzata répond : « J’apprécie l’engagement et la détermination de la France et je compte sur la capacité du président français pour aussi convaincre les Nations les plus réticentes qu’il est nécessaire de prendre ses propres responsabilités, en particulier à propos de la mitigation, en l’occurrence la réduction des émissions des gaz.  J’espère que la France réussira à convaincre les États les plus développés à respecter leurs engagements, de façon à pouvoir vraiment recueillir les 100 millions de dollars destinés aux pays en voie de développement afin de leur permettre de s’adapter  aux nouvelles ressources énergétiques ».

 « J’espère que  la Pologne – en dépit du scepticisme envers les politiques sur le climat du parti qui dirige le pays (les conservateurs de Droit et justice, ndlr) – va respecter ses engagements et que cette fois elle n’obtiendra pas le titre de "Fossile du jour" (titre décerné par les ONG visant à saluer ironiquement l'inaction de certains pays, ndlr) », dit-elle. « Je m’attends à ce qu’une grande mobilisation civile fasse pression sur les politiques, du monde entier, parce que dans de nombreux pays, dont la Pologne, des manifestations pour la protection du climat ont lieu. Nous voulons organiser des évènements similaires aussi ici à Wrocław, la ville où j’habite », conclut Małgorzata Tracz.

_

_

Cet article fait partie d'un projet intitulé #21faces qui propose de faire le portrait de 21 jeunes écolos innovants à travers l'Europe pendant la COP21, la grande conférence mondiale sur le climat organisée à Paris.