“Ma Liberté Cachée” : des hommes s'affichent la tête voilée

Article publié le 30 juillet 2016
Article publié le 30 juillet 2016

Plusieurs hommes ont répondu à l'appel pour combattre l'obligation pour les femmes en Iran de porter le voile et s'affichent la tête voilée, sous le hashtag #meninhijab, à côté de leur femme, leur sœur, leur cousine ou leur amie, à la tête dénudée.

Des images tout à fait inhabituelles en Iran, où le voile islamique est obligatoire pour toutes les femmes depuis la Révolution islamique de 1979, où la police des mœurs veille au strict respect de cette règle dans l'espace public, et où les femmes non ou "mal" voilées risquent de se voir infliger des peines allant d'une amende à de la prison. 

L'appel a été lancé par Masih Alinejab, une activiste et journaliste iranienne vivant en exile, qui a demandé aux hommes de participer à sa campagne contre le port obligatoire du hijab.  Sur sa Facebook “My Stealthy Freedom” (Ma Liberté Cachée), Masih Alinejab affirme :  “La plupart de ces hommes vivent en Iran et ont été témoins de la façon dont les femmes de leur entourage ont souffert entre les mains de la police des mœurs, humiliées d’être obligées de porter un hijab“.

A l'origine de la campagne "ma liberté furtive", elle avait déjà fait parler d'elle dans les médias internationaux pour avoir appelé les femmes à faire tomber le voile, pour un furtif moment de liberté, et de partager les clichés sur les réseaux sociaux. En Iran, le code vestimentaire des femmes est dicté par la loi. Depuis la révolution islamique de 1979, une police des mœurs vérifie que chaque Iranienne porte bien un hijab ne laissant aucune mèche de cheveux s’échapper. Si elles sont arrêtées sans leur foulard, les femmes iraniennes risquent une peine allant de l’amende à la prison. Minoo Khaleghi, une députée élue en février au parlement iranien, a ainsi dû démissionner après qu’une photo d’elle sans voile a émergé sur le Web.

Grâce à son million de followers et ses initiatives anti hijab, Masih Alinejad veut pousser les femmes à s’émanciper, malgré les menaces du gouvernement. Selon elle, de nombreux hommes et femmes sont contre l’obligation pour les femmes de porter un voile. La militante raconte à The Independent que sa mère n’a jamais cru à l’intérêt de porter un hijab, de même que sont père et ses frères. Masih Alinejad rappelle enfin que pour “des millions d’Iraniennes, ce hijab obligatoire est une insulte à leur dignité.”