Lyon : "le patrimoine en bien mauvais Etat..."

Article publié le 18 septembre 2008
Publié par la communauté
Article publié le 18 septembre 2008
A la veille de la célébration des journées européennes du patrimoine, Jean-Jacques Queyranne, le président de la Région Rhône-Alpes, dénonce le désengagement de l'Etat face aux Directions régionales des Affaires Culturelles (DRAC). Selon lui, la dotation de l'Etat aurait été diminuée de 20 à 40 %...

« La situation est sérieuse dans tout le pays : les crédits du patrimoine accordés par l’Etat à ses Directions Régionales des Affaires Culturelles (DRAC) en 2008 ont chuté de 20 à 40% par rapport à 2007. Comme le souligne le récent bilan sur l’état du patrimoine, le nombre de monuments en péril est passé de 32% à 41% entre 2002 et 2007. Notre patrimoine n’est plus entretenu correctement et il se dégrade rapidement ! La Région Rhône-Alpes a été particulièrement maltraitée par le ministère de la Culture cette année. En effet, pour rattraper le retard accumulé dans les paiements aux entreprises de restauration, 2008 a été décrétée année blanche : aucun nouveau chantier n’a été ouvert, ce qui à ma connaissance est sans précédent. Les seuls chantiers poursuivis sont ceux qui étaient déjà cofinancés par la Région (Ambronay, Vienne, couvent de La Tourette à Eveux…) On s’est donc contenté d’expédier les affaires courantes ! Pour 2009, le ministère de la Culture pratique un black-out total sur son budget. Il y a donc lieu d’être inquiet, d’autant plus que l’année blanche n’aura pas suffi à apurer les factures en souffrance. Outre les préjudices irréversibles subis par les monuments eux-mêmes, cette situation fait peser une grande menace sur le développement touristique de notre Région. Sans oublier les conséquences pour les entreprises spécialisées, obligées de mettre la clé sous la porte, entraînant avec elles suppression d’emplois et perte de précieux savoir-faire. Non content de se désengager du spectacle vivant, du cinéma et de l’action culturelle, l’Etat abandonne à présent une de ses responsabilités premières, la conservation de notre patrimoine. »