L’Union européenne, une Vénus sans fiancé

Article publié le 28 février 2005
Publié par la communauté
Article publié le 28 février 2005

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

L’absence d’une diplomatie et d’une armée européennes soulignent l’inexistence d’un Etat européen. Alors que la majorité des Etats et des citoyens ne veulent pas en entendre parler, la création d'un véritable service diplomatique européen est pourtant prévu pour 2015.

La Commission européenne joue un rôle croissant sur la scène internationale. Elle représente les membres de l’Union à l’OMC (Organisation mondiale du commerce), et dispose de délégations dans la plupart des capitales mondiales, qui font office de petites ambassades européennes, du moins dans les domaines où elles sont compétentes. Cela explique, entre autre, le succès de la politique commerciale commune. Pourtant, l’UE est réduite au silence, du fait de la présence de certains de ces membres à l’OSCE (Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe), au Conseil de l’Europe et aux Nations-Unies, sans oublier le statut de membre permanent au Conseil de Sécurité de l’ONU de la Grande Bretagne et la France (seuls pays européens en possession de l’arme nucléaire). L’UE est donc toujours un géant économique (mal en point), un nain politique et une puce militaire.

Ministre des Affaires Etrangères de l’UE vers une connexion téléphonique

Quand les grandes puissances mondiales ont à s’entretenir avec les Européens sur des sujets militaires ou de relations extérieures, qui doivent-elles appeler?

Lors des interventions au Kosovo et en Afganisthan, Washington a d’abord appelé Londres, Paris et Berlin, puis s’est adressé à Javier Solana, le Haut Représentant de la PESC (Politique étrangère et de sécurité commune), et enfin à quelques commissaires. Mais les Etats-Unis doivent également s’entretenir avec les représentants spéciaux de l’UE, que ce soit au Moyen-Orient, dans la region des Grands Lacs ou au Kosovo. A l’heure actuelle, l’Union européenne n’a donc pas de numéro de téléphone. La PESD a été lancée par le Conseil européen de Cologne, en 1999. Depuis 2000, l’UE cherche à développer ses capacités civiles dans quatre secteurs prioritaires (la police, l'Etat de droit, l'administration civile et les capacités de protection civile). Elle souhaite acquérir des instruments pour agir au niveau international, sans pour autant chercher à créer une armée européenne. M. Solana affirme lui-même que l'objectif n'est pas de former une armée européenne. Les forces armées nationales restent sous le contrôle des commandants nationaux et ne seront dirigées par un commandant militaire suprême que pour la seule durée d'une mission de l'UE. La première opération militaire de l'UE, en dehors du continent européen, s'est déroulée au Congo en septembre 2003, sous le nom d' opération Artemis. La mission, forte de 1.400 hommes, a été lancée à la demande de l'ONU.

De grands changements ont été engagés dernièrement, comme la force de réaction rapide (FRR), l’Agence européenne de l’armement, de la recherche et des capacités militaires, l’alliance militaire européenne, définie en avril 2003 par l’Allemagne, la France, le Luxembourg et la Belgique, les 13 groupes de batailles, opérationnels en 2007, ou encore le satellite Galilée, prévu pour 2008.

Malgré la complexité du réseau d’organisations internationales, l’UE n’a pas l’intention de s’en tenir à quelques missions de maintien de la paix (les missions Petersberg). Elle souhaite une évolution de ses relations avec l’OTAN, organisme chargé de la défense collective, et avec l’OSCE, organisme chargé de la diplomatie préventive et de la gestion de crise.

Mais, aujourd’hui, selon le principe d’une force armée internationale unique, l’UE doit développer ses capacités aux côtés de l’OTAN. Avec l’élargissement à l’est en mai 2004, elle doit également renforcer la solidarité transatlantique, d’autant que les pays sont libres de participer ou non aux opérations de la PESD.

Les prétentions de l’Union Européenne en termes de défense seront bientôt mises à l’épreuve, avec le transfert de la mission de maintien de la paix en Bosnie-Herzégovine en debut d’année.

L’UE victime du complexe d’Electre

Dans ce contexte, la Constitution pourrait marquer la fin de la longue crise des années 1990. L’UE devra prendre une decision : continuera-t-elle à tolérer que les Etats-Unis soient le chef de la cuisine du monde? Sinon, saura-t-elle être efficace sans perdre son caractère vénusien, attractif et persuasif?

La nouvelle Constitution confère au Ministre des Affaires extérieures une responsabilité diplomatique renforcée (voir article de Marco Agosta). Elle prévoit la création d’un service européen pour l'action extérieure, qui travaillera en collaboration avec les services diplomatiques des Etats membres, et sera composé de fonctionnaires originaires des services compétents du Secrétariat général du Conseil des ministres et de la Commission. Trois phases sont prévues dans l’adoption d’une diplomatie européenne, en 2007, 2012, et 2015. L’objectif est de légitimer le droit du nouveau Ministre à donner des instructions et à controler les diplomates du service, que ce soit par l’élaboration d’un code diplomatique de conduite ou par decision du Conseil. En effet, celui-ci pourrait interdire la formation des diplomates aux institutions envoyant des délégués, en créant une académie diplomatique ou en harmonisant les standards européens d´éducation du personnel. Cependant, pour des sujets de politique extérieure, c’est le President du Conseil européen qui continue de représenter l’UE à l’extérieur, sans préjudice des attributions du Ministre des affaires étrangères.

La création d’une armée européenne et d’une diplomatie transnationale ne sont pas pour demain. Même si la Constitution ne prévoit aucun changement majeur sur des questions de société, de fiscalité et de défense, différents coordinations sont en marche. Il faut donc s’attendre à des grands changements dans les prochaines années. Pour le moment, l’UE est une reine qui rêve de se marier mais qui n’a pas de prétendant, peut-être en raison de son complexe d’Electre: serait-ce encore une adolescente amoureuse de son père, les Etats-Unis?