Louvain-la-Neuve : 40 ans de hasard écologique

Article publié le 18 mars 2011
Article publié le 18 mars 2011
par Bertrand Habay Une ville piétonnière toujours en mouvement. C’est l’élément qui frappe lorsqu’on se promène dans les rues de Louvain-la-Neuve. Mais la ville universitaire, qui fête cette année ses 40 printemps, cache plus d’un tour dans son sac en matière d’écologie.

Une ville créée dans l’urgence

Louvain-la-Neuve est née dans l’urgence suite aux querelles linguistiques qui ont secoué l’Université catholique de Louvain (KUL) entre novembre 1967 et mars 1968. La ville a été créée par l’université pour l’université. Les premiers étudiants sont arrivés sur le site en 1972. Si en 1973, seules 676 personnes logeaient dans la ville, les Néo-Louvanistes sont aujourd’hui aux alentours de 20 000, sans compter les 10 à15 000 logeurs en semaine. Et à terme, c’est 30 000 habitants que la ville devra compter.

Economies ou écologie ?

C’est en 1971 que la première pierre de ce qui allait devenir Louvain-la-Neuve a été posée. La conception de la ville remonte à la fin des années '60. Toute une série de décisions telle que la prise en compte de la qualité de l’air et du sol, l’utilisation du gaz naturel comme unique source d’énergie, la gestion des déchets, le lac qui fait office de bassin d’orage, l’égoutage séparatif des eaux de ruissellement et des eaux usées ont contribué à faire de la ville universitaire un modèle d’écologie.

Cependant, Jean-Marie Lechat, ancien directeur de l’Administration des domaines de l’UCL et du Service de promotion et gestion urbaine, rappelle que lorsque les plans de la ville ont été réalisés, les impératifs économiques ont primé sur les intentions écologiques. Ainsi, le choix de faire de LLN une ville piétonne résultait du fait que l’entretien de voiries coûte cher. De même, le lac, qui offre un coin de détente aux nombreux étudiants de la ville et qui sert de bassin d’orage était en fait une solution pour ne pas installer un égoût plus large comme l’aurait souhaité l’Intercommunale du Brabant wallon, en charge de l’assainissement des eaux usées.

Pas un laboratoire d’architecture

Louvain-la-Neuve est aussi une ville à l’architecture particulière : la brique, les rues avec des décrochements… Celle-ci a été voulue lors de création du plan directeur de LLN. Mais comme le dit Jean-Marie Lechat, la ville n’est pas un laboratoire d’architecture. En revanche, le hasard a fait qu’elle a été un laboratoire d’écologie urbaine. D’ailleurs, l’UCL prévoit la construction d’un éco-quartier dans deux ans.