Londres: stop aux expulsions et à l'épuration sociale

Article publié le 22 septembre 2015
Article publié le 22 septembre 2015

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Samedi dernier, la marche contre les expulsions organisée par les activistes de la campagne Focus E15 a rassemblé des milliers de personnes dans les rues du quartier de Newham, à l’est de Londres.  Celles-ci protestent contre la hausse des loyers et les coupures des aides sociales entrainant « l‘épuration sociale de Londres ». Récit d’Angelo Boccato pour Café Babel.

La marche contre les expulsions (« March against Evictions ») a marqué le second anniversaire de la campagne Focus E15, lancée en 2013 quand un groupe de jeunes mères a reçu un avis d’expulsion de l’East Thames Housing Association (association d’aide au logement de l’est de la Tamise) suite à la décision de la municipalité de Newham de stopper les aides accordées au foyer de jeunes sans abris Focus E15. 

La campagne Focus E15 lutte pour le logement, et son cri de ralliement « logement social oui, épuration sociale non » a été relayé par les journaux nationaux. Le journaliste du Guardian Aditya Chakrabortty les considère même comme des héros de l'année 2014 en ayant permis au logement social de prendre place au cœur des débats politiques.

N’en déplaise aux institutions locales, la campagne a prouvé que les mouvements sociaux pouvaient non seulement sortir victorieux, mais également inspirer d’autres campagnes, comme le souligne Samir Jeraj dans le Green European Journal. 

La marche, ralliée par d’autres groupes comme le parti écologiste de Newham, Left Unity et Reclaim Hackney s’est arrêtée devant les symboles de la gentrification comme l’agence Foxtons, les agences immobilières jouant un rôle prépondérant dans cette inéluctable gentrification de Londres.

A la fin de la marche, les activistes ont lâché 1000 ballons représentant plus de 50.000 familles ayant du quitter Londres ces 3 dernières années suite aux coupures des aides sociales et à la hausse des loyers, triste rappel de l’impact qu’a la gentrification dans toute la ville.

Le marché immobilier au Royaume Uni est une énorme bulle qui ne cesse de grossir. Vendre les logements sociaux et permettre aux locataires des associations pour le logement à but non lucratif de devenir propriétaires ne fera qu’accentuer ce phénomène.

Les élections municipales de Londres auront lieu en 2016 et le logement aura très certainement une place centrale dans les programmes. Plus de logements abordables doivent être construits et le nombre de propriétaires privés doit être restreint. En attendant, le mouvement social gronde et ne cesse de s’amplifier.