Loin de l’Eurovision

Article publié le 24 mars 2008
Article publié le 24 mars 2008
Fin janvier à Cannes, dans le sud de la France. Tous les ans à la même période se déroule le MIDEM, le marché international du disque où les contrats se signent à la pelle et où les producteurs venus du monde entier recherchent la perle rare musicale.

Mais ce que l’on sait moins, c’est que depuis dix ans maintenant, la Commission européenne en collaboration avec l’industrie du disque organisent les European border breakers awards afin de promouvoir les artistes européens au-delà de leurs frontières nationales. Après avoir révélé le groupe Tokio Hotel en 2007, le chanteur Corneille en 2005 ou encore celle qui est désormais la première Dame de France, Carla Bruni, en 2004, cette année c’est la chanteuse allemande Ayo qui est récompensée. Car la chanteuse d’origine africaine est un véritable melting-pot à elle seule.

Du Nigeria à l’Allemagne en passant par Paris

Née dans les années 1970 près de Cologne, résidant aujourd’hui à Londres et produite par Polydor France, Ayo incarne l’Europe du XXI siècle. Celle qui fait fit des frontières et veux que ça musique soit entendue dans le monde entier. « Ma mère est gitane et mon père a émigré du Nigeria en Allemagne alors ça me donne des fourmis sous les pieds », déclare la chanteuse au site Le Mague. « J’espère voir le plus possible de pays dans le monde. J’adore voyager et découvrir des cultures différentes. » La musique ne rapproche-t-elle pas les peuples ? Gare à toi Eurovision !

Crédit photo : Alain DELPEY/FlickR

European border breakers awards

-Johara BOUKABOUS