L'Odyssée spatiale de David bowie

Article publié le 2 mai 2014
Article publié le 2 mai 2014

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

En 1969, le mu­si­cien bri­tan­nique David Bowie (Brix­ton, Londres, 1947) sor­tit en guise de single une chan­son in­tiu­lée "Space od­dity". Celle-ci ra­conte l'his­toire d'un as­tro­naute, "Mayor Tom", souf­frant ap­pa­rem­ment de dé­pres­sion lors d'une mis­sion spa­tiale.

La source d'ins­pi­ra­tion de Bowie est d'or­di­naire at­tri­buée à deux évé­ne­ments : la sor­tie en 1968 du film "2001, L'Odys­sée de l'es­pace", réa­li­sé par Stan­ley Ku­bri­ck, et l'agi­ta­tion sus­ci­tée par les pre­miers pas de l'Homme sur la Lune, un an après. Cer­tains af­firment même que la chan­son est une mé­ta­phore de la consom­ma­tion de co­caïne. 

L'his­toire de "Space Od­dity" co­mmence avec la rup­ture entre David Bowie et la mai­son de disques Dram, suite à la­quelle son ma­na­ger Ken­neth Pitt par­vient à né­go­cier un album avec Mer­cury Re­cords et Phi­lips, sa fi­liale au Royaume-Uni. Par la suite, Geor­ge Mar­tin prit en charge le pro­jet et Gus Dud­geon le pro­dui­sit. Une pre­mière ver­sion du single ap­pa­raît dans le film pro­mo­tion­nel de Bowie, "Love You Till Tues­day". La chan­son connut un grand suc­cès, no­tam­ment grâce à sa thé­ma­tique spa­tiale qui cor­res­pon­dait au contexte de ces an­nées mar­quées par la mis­sion Apollo 11 et le lan­ce­ment d'une nou­velle ère spa­tiale. Et de fait, la BBC uti­lisa le single pour sa re­trans­mis­sion té­lé­vi­sée du cé­lèbre ater­ris­sage lu­naire. Il rem­porta le prix Ivor No­ve­llo en 1969, conjoin­te­ment avec "Where Do You Go To (My Lo­vely)", de Peter Sars­ted. En 1972, l'al­bum ini­tia­le­ment pu­blié sous le nom de "David Bowie" au Royaume-Uni, est de­puis sa ré­édi­tion pour RCA connu sous le nom du single, "Space Od­dity". En dé­cembre de cette an­née-là, Mick Rock lança un vi­déo­clip pour cette chan­son, réa­lisé lors des ses­sions de Alad­din Sane. Il fut uti­lisé pour la pro­mou­voir en jan­vier 1973 aux Etats-Unis, où elle at­teint le 15ème rang dans le Bill­board Chart. Grâce à cette vidéo et à la ré­édi­tion de l'al­bum, Bowie par­vint à se his­ser au 1er rang au Royaume-Uni en no­vembre 1973.

Il fal­lut at­tendre 2011 pour qu'un nou­veau pro­jet ins­piré par "Space Od­dity" voie le jour, lorsque l'ar­tis­te An­drew Kolb pu­blia sur in­ter­net un livre dont les illus­tra­tions font ré­fé­rence à cette chan­son. Jus­qu'alors, on pou­vait le té­lé­char­ger gra­tui­te­ment de­puis le site lui-même, mais, pour des rai­sons in­con­nues, il n'est dé­sor­mais plus pos­sible de l'ob­te­nir de cette ma­nière. Deux ans après, l'as­tro­naute Ca­na­dien Chris Had­field in­te­pré­tait une ver­sion de cette chan­son de­puis la Sta­tion spa­tiale in­ter­na­tio­nale, dont il en­re­gis­trait éga­le­ment une vidéo, qui se trouve sur sa page per­son­nelle You­tube. Fin 2013, la chan­son de David Bowie ap­parut dans la bande ori­gi­nale du film "La Vie rêvée de Wal­ter Mitty".

Il ne fait aucun doute que "Space Od­dity" est une chan­son qui a trans­cendé l'in­dus­trie mu­si­cale, en de­ve­nant, de plus, une des com­po­si­tions les plus re­con­nues de David Bowie. Mais elle ne fut pas seule­ment cé­lèbre pour s'être basée sur un thème très en vogue à la fin des an­nées 60, loin de là : c'est par la re­mar­quable ex­pres­sion de la dé­pres­sion tran­quille et pro­fonde de son pro­ta­go­niste qu'elle trans­cende.