Liu Xiaobo prix Nobel de la paix : la politique de la chaise vide

Article publié le 10 décembre 2010
Article publié le 10 décembre 2010
Le dissident Liu Xiaobo ne sera pas à Oslo pour recevoir le prix Nobel de la Paix qui lui est décerné ce vendredi 10 décembre. Les gouvernements serbe, russe et ukrainien ont eux délibérément choisis de suivre l’appel au boycott de la Chine, à l’instar de 16 autres pays dans le monde.
Pour la presse européenne, le gouvernement chinois craint la mutation de la société et la peine qu'il a infligée à Liu lui porte préjudice.

Jyllands-Posten – Danemark : La Chine craint la longue marche vers le changement

La longue peine d'emprisonnement du prix Nobel de la paix Liu Xiaobo montre que les dirigeants chinois redoutent un changement de la société, constate le quotidien libéral de droite Jyllands-Posten : « Le prix à payer par la Chine pour son manque de compréhension en échange d'une reconnaissance internationale peut l'être sans problème par les dirigeants de ce pays en démontrant leur ample supériorité économique. Mais ils devront reconnaître qu'ils ne peuvent réformer leur société s'ils privent obstinément la population de ses droits par un contrôle cynique. La colère de la Chine suite au choix de Liu Xiaobo par le comité Nobel montre que derrière la façade assurée que le pays présente au monde, se cachent une incertitude et une crainte du changement. Voilà la cause de la colère chinoise. »

(Article publié le 10.12.2010)

Der Standard - Autriche : La Chine a besoin de libres-penseurs

Par Amnesty InternationalEn agissant durement contre le prix Nobel Liu Xiaobo, le gouvernement chinois se porte lui-même préjudice, estime le quotidien de centre-gauche Der Standard car pour aller de l'avant, le pays a besoin d'intellectuels tels que Liu : « Ce que les critiques ouverts et posés savent bien, c'est que la Chine a besoin de libres-penseurs comme Liu Xiaobo si elle veut tirer profit des forces intellectuelles de ses citoyens et du potentiel scolaire de sa jeunesse pour édifier une société prospère et stable. Lorsqu'on ne produit pas uniquement des portables mais que l'on doit aussi développer la prochaine génération de Smartphones, on doit également avoir la liberté de critiquer, de dénoncer les problèmes et de participer à la vie politique. La Chine a besoin de réconciliateurs comme Liu Xiaobo pour dépasser les grandes contradictions et les conflits sociaux au sein de la société. Le prisonnier à qui l'on rend hommage à Oslo est porteur d'espoir non seulement pour l'opposition mais aussi pour tous ceux qui croient en l'avenir prometteur de la Chine. »

(Article publié le 10.12.2010)

De Standaard – Belgique : Les Chinois revendiqueront leurs droits politiques

La Chine a tout mis en œuvre pour saboter la remise du prix Nobel de la paix au dissident Liu Xiaobo ce vendredi à Oslo. Toutefois à long terme, la Chine devra elle aussi appliquer les droits de l'homme, estime le quotidien De Standaard : « La Chine se trouve face à une tâche particulièrement difficile qui consistera, dans les années à venir, à maintenir en équilibre sa croissance économique et sa stabilité politique pour éviter le chaos complet. Cela ne va pas de soi si l'on considère la menace du vieillissement de la population dû à la politique de l'enfant unique, le fossé qui s'élargit entre la population pauvre et la population riche, un bon réseau social qui fait défaut, la corruption et les problèmes croissants touchant l'environnement. En outre, nous savons que les gens dont le niveau de vie augmente et qui forment la classe moyenne revendiqueront également à long terme des droits politiques. Les droits de l'homme ne sont pas occidentaux mais universels. La Chine peut empêcher que le prix Nobel soit remis aujourd'hui mais elle ne peut pas empêcher le cours naturel des choses. »

(L'article publié le 10.12.2010)

Ir – Lettonie : Moscou se fout des droits de l’homme

La Chine proteste contre l'attribution du prix Nobel de la paix au dissident Liu Xiaobo et a appelé d'autres Etats à boycotter la cérémonie, critique le journal en ligne Ir : « Les efforts diplomatiques de Pékin ont porté leurs fruits. Les représentants de 20 Etats environ ne participent pas à la cérémonie. Il s'agit d'Etats plus ou moins antidémocratiques comme l'Arabie Saoudite, le Venezuela, le Kazakhstan ou le Vietnam. … Il existe beaucoup de pays pour lesquels l'idéologie des droits de l'homme n'a aucune valeur, et plus encore, ils interdiraient à leurs ambassadeurs de participer à la distinction d'un militant des droits de l'homme même si la Chine ne leur demandait pas. Mais ce qui est particulièrement remarquable, c'est que le représentant de la Russie en Norvège n'est pas présent lui non plus, soi-disant en raison d'un déplacement professionnel. Mais il ne s'agit pas là d'un événement impossible à décaler et l'attribution du prix Nobel a toujours lieu le 10 décembre, jour où la Déclaration universelle des droits de l'homme a été adoptée. »

(Article publié le 10.12.2010)

28 pays - 300 médias - 1 revue de presse. La revue de presse euro|topics présente les thèmes qui animent l'Europe et reflète sa pluralité d'opinions, d'idées et d'humeurs.

Photo : (cc)Vox Asia/flickr ; (cc)k-ideas/flickr