L’Islande rejette l’"Icesave" et risque l’isolement

Article publié le 8 mars 2010
Article publié le 8 mars 2010
Les Islandais se sont exprimés samedi dans un référendum à 93% contre le dédommagement de la Grande-Bretagne et des Pays-Bas, s'élevant à plusieurs milliards. Pour les éditorialistes européens, le rejet de ce que l'on appelle la loi Icesave pourrait torpiller l'adhésion de l'Islande à l'UE, voire les aides accordées au pays secoué par la crise.

NRC Handelsblad - Pays-Bas : Les citoyens islandais s’isolent ?

En refusant de rembourser quelque 3,5 milliards d'euros de dédommagement aux épargnants étrangers, les Islandais prennent le risque d'être isolés sur le plan international, écrit le quotidien NRC Handelsblad : « Cela met les gouvernements britannique et néerlandais devant un dilemme. De quels moyens disposent ces deux pays pour amener l'Islande à la raison ? … Bruxelles estime que le conflit entourant les dettes et les négociations d'adhésion doivent rester distincts. … La question se pose toutefois de savoir quelle pression l'UE peut encore exercer sur l'Islande. Le fait que les citoyens soient prêts à accepter la marginalisation témoigne d'une intrépidité irrationnelle. … Le résultat montre que les citoyens ne sont pas satisfaits de la voie pro-européenne empruntée par le gouvernement écologique de gauche, sous la direction de la social-démocrate Jóhanna Sigurðardóttir. Si la Premier ministre ne peut pas conserver son gouvernement, l'Islande pourrait remettre les négociations avec l'UE aux calendes grecques. »

(Article publié le 08.03.2010)

 Diário Económico – Portugal : La vieille Islande défie la communauté internationale

 Le refus des Islandais de porter la responsabilité de la faillite de la banque Icesave pourrait avoir des conséquences graves, d'après le journal économique Diário Económico : « Le non … était prévisible. Mais il est tout de même étonnant qu'un pays qui se trouve à l'extrême périphérie, qui a fait faillite récemment, qui subit une grave crise économique et dépend des aides financières fournies par l'étranger, défie la communauté internationale. … Le dédommagement représenterait une charge de 12.000 euros par habitant, ce qui explique … le geste provocant des Islandais. Mais il est possible qu'ils aient ainsi bloqué les aides du Fonds monétaire international, énervé un peu plus les agences de notation et gelé leur future adhésion à l'UE, qui dépend de l'accord de la Grande-Bretagne et des Pays-Bas. La vieille Islande n'a pas encore compris que les anciennes règles … ne sont plus valables depuis que notre économie a implosé. »

( Article publié le 08.03.2010)

Der Standard – Autriche : Maintenir l’adhésion de l’Islande à l’UE

C'est le résultat du référendum contre le remboursement de la dette à l'Angleterre et aux Pays-Bas par les IslandaisLe non des Islandais concernant le dédommagement des investisseurs britanniques et néerlandais ne doit pas bloquer l'adhésion de leur pays à l'UE, estime le quotidien Der Standard : « A l'issue de ce référendum chargé d'émotion, il sera désormais encore plus difficile de négocier un accord juste. Mais son contenu final est l'affaire des trois Etats concernés. Ni le Fonds monétaire international ni l'UE n'ont de raison d'associer leur comportement à l'issue des négociations et par là-même de prendre parti contre l'Islande. … Le processus d'adhésion à l'UE particulièrement doit être bien séparé de cette dispute. Le pays hautement développé qu'est l'Islande devrait devenir membre le plus rapidement possible ; cela n'aiderait pas seulement ce pays insulaire mais renforcerait l'Union. Contrairement à la Grèce, l'Islande ne demande aucune aide pour des problèmes qu'elle aurait créés elle-même, elle demande uniquement la non-ingérence dans un cas litigieux difficile. »

( Article publié le 08.03.2010)

Photo: ©atomch/flickr